Comment le Standard veut / va gagner les PO2

29/03/17 à 10:00 - Mise à jour à 28/03/17 à 15:29

Source: Sportmagazine

Roulers, l'équipe nationale luxembourgeoise et Metz ont servi de sparring-partners : les Rouches sont-ils prêts ?

Comment le Standard veut / va gagner les PO2

Jérôme Deom du Standard face au Laurent Ciman du FC Metz. © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP

Le régime para-commando décidé par Aleksandar Jankovic après le non-match à Mouscron n'a finalement duré qu'une semaine. Ces horaires dignes d'une période de préparation (un jogging matinal et deux entraînements par jour) ont vite remis de l'ordre dans les têtes et le coach n'a donc pas allongé inutilement l'expérience.

Après le dernier rendez-vous de la phase régulière, contre Ostende, les joueurs du Standard ont eu trois jours de congé. Ils ont ensuite repris le boulot et l'accent a été mis sur le physique lors d'une partie des séances. Les objectifs n'ont pas changé : la direction exige de l'engagement, de la mentalité, si possible un jeu intéressant et à coup sûr des résultats lors des play-offs 2.

Ils doivent aussi servir à voir ce que certains jeunes ont dans le coffre. Mais les patrons veulent que ce soit mieux structuré qu'il y a un an, qu'on ne balance pas subitement un gamin dans l'équipe sans l'avoir correctement préparé au cours des jours précédents.

C'est dans cette optique que trois matches amicaux ont été programmés. Les Liégeois ont fait un nul contre Roulers, ont battu la sélection luxembourgeoise en pleine préparation de son match contre la France puis ont partagé à Metz le week-end dernier.

Parmi les jeunes encore inconnus qui ont laissé une bonne impression, il y a Jérôme Deom, qui avait eu droit à une vingtaine de minutes en PO2 l'année dernière et a joué un quart d'heure lors du dernier match de phase classique. Dans l'entourage de l'équipe, on n'est pas loin de le considérer comme la révélation de cette mini-trêve.

On s'attend à ce que certains joueurs soient jugés sur ce qu'ils montreront contre le Lierse, l'Union, Saint-Trond, Waasland Beveren et Malines. Leur avenir à Liège pourrait en dépendre. Jankovic joue gros, lui aussi. Mais la direction balaie énergiquement une rumeur qui nous est revenue, selon laquelle des négociations seraient en cours avec Peter Maes.

Par Pierre Danvoye

Nos partenaires