Charleroi veut devenir le Gand du sud

15/12/15 à 09:30 - Mise à jour à 14/12/15 à 17:17

Source: Sportmagazine

Les Zèbres s'inspirent ouvertement du modèle gantois pour poursuivre leur croissance.

Charleroi veut devenir le Gand du sud

Mehdi Bayat prend La Gantoise en exemple. © BELGA

Les exploits gantois sur la scène européenne sont une source d'inspiration pour la plupart des clubs du pays. Mais à Charleroi plus qu'ailleurs, le modèle gantois est cité en exemple. " L'objectif n'est pas de concurrencer des clubs comme Genk ou Anderlecht, mais d'atteindre le budget de clubs du subtop, comme Zulte Waregem ou Gand ", pouvait-on d'ailleurs lire voici trois ans dans le fameux plan " 3-6-9 " du Sporting, qui doit lui permettre de devenir un acteur majeur du championnat à l'horizon 2020.

Cette semaine, c'est le président du club, Fabien Debecq, qui a pris les Buffalos en exemple. Les Zèbres ne s'en cachent absolument pas : leur ambition est de devenir le Gand wallon. Mehdi Bayat, l'administrateur-délégué carolo, confirme : " Ce n'est même pas qu'on le veut, c'est qu'on doit devenir un club comme Gand à long, voire déjà à moyen terme. "

Le club souhaite profiter d'un environnement encore plus favorable que celui des Gantois pour poursuivre sa croissance : " Nous sommes la première ville de Wallonie, et nous n'avons pas la concurrence d'autres clubs de notre niveau dans les environs, comme c'est le cas pour Gand ", poursuit Mehdi Bayat. Avec seulement trois clubs wallons dans l'élite nationale, le club carolo règne effectivement en maître absolu sur le football du grand ouest wallon.

De là à imaginer une Ghelamco Arena dans le paysage carolorégien, il y a un pas que l'administrateur-délégué du Sporting imagine déjà : " Pourquoi pas, dans plusieurs années, envisager un nouveau stade en périphérie de la ville comme c'est le cas à Gand ? Mais avant cela, il faut d'abord convaincre les gens de remplir à nouveau notre stade. C'est un travail qu'on mène au quotidien. Le club veut grandir, et il le fait sans brûler les étapes."

Par Guillaume Gautier

Nos partenaires