Charleroi-Standard arrêté - Le Standard ignore quels sont les supporters qui ont provoqué les incidents

13/12/16 à 20:58 - Mise à jour à 20:59

Source: Belga

(Belga) Maître Grégory Ernes, l'avocat du Standard, a demandé de l'aide plutôt que des "sanctions répressives", mardi devant la Chambre extraordinaire de la Commission des Litiges de l'Union belge de football. "Le Standard ne sait pas qui a provoqué les incidents. C'est exactement pour ces raisons que nous avions interdit aux supporters d'accompagner l'équipe lors de matchs en déplacement", a confié Ernes à la suite de incidents qui ont conduit à arrêter le match définitivement le 4 décembre à Charleroi. Le Standard menait 1-3 à la marque.

"Il y a environ un an, nous étions avec les mêmes parties dans la même pièce. Notre responsable de la sécurité avait alors déclaré à l'audience que de nouveaux incidents se produiraient lors du prochain derby wallon. Malheureusement, il avait raison." C'est ainsi que le conseil du Standard de Liège a débuté son plaidoyer. Liégeois et Carolos ont été sanctionnés d'une amende de 50.000 euros par la Pro League. "Selon les principes juridiques, on ne peut pas être sanctionné à deux reprises pour une même faute. Ceux-ci sont violés allégrement ici. Les sanctions sont répressives et toujours plus lourdes, mais elles ne changent rien dans le comportement des supporters. Les sanctions répressives garantissent uniquement l'augmentation du 'hooliganisme'." "Le Standard sanctionne les individus en imposant des interdictions de stade. Qu'est-ce que le club a mal fait ? Au lieu de nous infliger des amendes et des matchs à huis clos, aidez-nous. Les supporters ne sont pas du tout sensibles aux sanctions, les incidents ne diminueront donc pas." Le Standard avait lui-même pris la décision de ne plus emmener de supporters en déplacement. La Pro League a décidé le contraire lors des matchs à Saint-Trond et Genk. "C'est surtout en déplacement que se produisent les incidents d'où les interdictions. Mais La Pro League estime sans doute celles-ci encore plus dangereuses", a précisé Ernes. Selon le Standard, la Pro League aurait dû infliger 25.000 euros d'amende aux deux clubs plutôt que les 50.000 euros déjà annoncés. "25.000 euros, correspond à une amende due à l'arrêt provisoire d'une rencontre. En agissant comme elle l'a fait, la Pro League ne sait pas bien quel règlement doit s'appliquer dans le cas du Charleroi-Standard du 4 décembre", a encore déclaré Ernes. (Belga)

Nos partenaires