"Ce sera trop juste pour voir un arbitre belge à l'Euro 2020"

04/03/16 à 15:45 - Mise à jour à 15:46

Dix-huit arbitres principaux ont été retenu par l'UEFA pour l'Euro 2016. Aucun belge ne fait partie de la liste. Depuis Frank De Bleeckere, la relève se fait attendre.

"Ce sera trop juste pour voir un arbitre belge à l'Euro 2020"

Bart Vertenten, l'un des arbitres belges qui commencent à se faire un nom sur la scène européenne. © BELGA

C'est sans surprise que l'on a accueilli le communiqué de l'UEFA du côté de la Commission Centrale des Arbitres (CCA). En décembre dernier, la liste des 18 arbitres qui officieront à l'Euro 2016 a été rendue. Trois mois plus tard, on ne fait qu'expédier les affaires courantes : les assistants reçoivent, à leur tour, leur billet d'entrée pour la France.

Des débuts encourageants en Europe

Robert Jeurissen, ancien président de la CCA, se montre rassurant quant à l'avenir de l'arbitrage en Belgique : "On donne la chance aux jeunes depuis plusieurs années. Nous avons des arbitres comme Bart Vertenten, Erik Lambrechts ou encore Nicolas Laforge qui commencent à se faire un nom sur la scène européenne. Je pense que ce sera trop juste pour voir un arbitre belge à l'Euro 2020 mais on peut rêver pour la suite."

Peu de temps pour convaincre

Le 29 juin 2010, Frank De Bleeckere arbitrait le dernier match de sa carrière en Coupe du monde (Paraguay-Japon, 8ème de finale). C'est également la dernière rencontre sifflée par un Belge dans une grande compétition. Pour l'ex-patron de l'arbitrage belge, la concurrence est rude pour officier en Europe : "Des arbitres comme Vertenten doivent saisir la balle au bond. Ils ne dirigent que cinq ou six matchs internationaux par an. Et la moindre erreur est souvent fatale."

Une question de chance

Le chemin qui mène au gratin européen est long et parfois semé d'embûches. La chance est un élément important dans la réussite pour celui qui a débuté sa carrière d'arbitre en 1973 et qui a évolué plus de 37 ans au plus haut niveau du football belge : "Nos arbitres doivent faire face à la subjectivité de l'observateur. Bien souvent, il se rend au stade avec une idée bien définie. Chaque examinateur vérifie si les décisions sont prises au bon moment mais il y a aussi un jugement personnel. Nos arbitres ont tout en main pour réussir, c'est à eux de se montrer et de sortir du lot."

Par Jason Vanherrewegge

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos