Bruno Venanzi projette d'injecter 10 millions dans le capital du Standard

15/02/17 à 10:34 - Mise à jour à 10:35

Source: Belga

Dans une longue interview accordée au quotidien Le Soir et dans les éditions SudPresse mercredi, Bruno Venanzi a expliqué qu'il allait injecter 10 millions d'euros dans le capital du Standard dont il est le président.

Bruno Venanzi projette d'injecter 10 millions dans le capital du Standard

Bruno Venanzi © BELGA

"Nous allons convoquer une Assemblée Générale extraordinaire dans les trois semaines", a expliqué Bruno Venanzi. "Je vais profiter de l'occasion pour procéder à une augmentation de capital de 10 millions d'euros par injection d'argent provenant de ma société d'investissement Red and White Invest, qui remplace IV Invest, et dont je détiens 100% du capital".

Bruno Venanzi, qui a pris la succession de Roland Duchâtelet à la présidence du Standard, a ajouté qu'"avant que je ne rachète le club en juin 2015, Roland Duchâtelet avait réalisé, à ma demande, une diminution de capital de 10 millions d'euros pour me permettre de racheter le club moins cher. Evidemment, le Standard devait ces 10 millions à l'ancien propriétaire et on sait qu'il lui rembourse 2 millions chaque année à cette fin. Forcément, cela a un impact sur les finances. Mais la vente de Lampiris entérinée, je voulais 'rendre' ces 10 millions même si, à l'heure actuelle, le Standard en tant que tel n'en a pas besoin. Il y a du cash dans les caisses même si c'est vrai que, l'an passé, j'ai prêté 2,5 millions d'euros que je vais a priori récupérer à l'échéance du prêt."

Bruno Venanzi est revenu aussi sur la fin de la collaboration avec Daniel Van Buyten, son conseiller sportif, lundi après dix-sept mois. "Je ne veux pas cracher dans la soupe, il m'a donné aussi de bons conseils. Mais j'estime que le rapport qualité-prix n'était pas bon. Daniel percevait un salaire conséquent, tout le monde le sait, et si ce qu'il me coûte est supérieur à ce qu'il rapporte au club, il faut, au sein d'une société anonyme comme l'est le Standard de Liège, prendre une décision. Je le répète, il y avait, entre sa fonction et celle d'Olivier Renard, une certaine ambiguïté et il était temps de siffler la fin de la récréation".

La gestion sportive du Standard est dorénavant exclusivement confiée à son directeur sportif, Olivier Renard, qui rend compte directement au Président du club, avait précisé le communiqué du Standard lundi.

Nos partenaires