Bruges peut-il encore être champion ?

17/04/17 à 14:21 - Mise à jour à 18/04/17 à 10:09

Après deux journées de Play-Offs décevantes, où les Gazelles n'ont pris qu'un petit point sur six, et au vu de la forme des Anderlechtois, nous tentons de savoir si les hommes de Preud'homme sont en mesure de réaliser la même performance que l'année dernière. Première étape : Zulte-Waregem.

Bruges peut-il encore être champion ?

© BELGAIMAGE

Il est évidemment trop tôt dans ces Play-Offs pour pouvoir affirmer que Bruges est distancé par Anderlecht, tant sur le plan comptable que sur le plan du jeu. Les Gazelles comptent 7 points en moins que les Bruxellois (avec un match en moins), mais c'est surtout la dynamique négative qui pose plusieurs questions.

Les Brugeois restent sur deux défaites et deux matchs nuls sur les quatre dernières rencontres. La 29e et la 30e journée de saison régulière n'avaient pas souri aux hommes de Preud'homme et voyaient même Anderlecht s'emparer de leur première place. Après une défaite à Genk et un match nul inattendu sur leur pelouse contre Saint-Trond, les Blauw en Zwart étaient contraints de laisser aux Mauves deux points d'avance (réduits à un avec la division des points) avant d'aborder les Play-Offs.

Presqu'à 11 contre 10 pendant toute la 2e mi-temps à Gand, Bruges n'a pas réussi à remonter l'avance des Gantois et s'est finalement incliné 2 buts à 1, mais a montré des choses intéressantes dans le jeu.

Contre un Charleroi très bien organisé, Bruges a par contre connu beaucoup de difficultés à se créer des occasions, et après avoir ouvert le score, il s'est fait punir sur pénalty. Charleroi aurait même pu enfoncer plus le clou en fin de match, quand les Brugeois ont tenté le tout pour le tout. Bruges peut s'estimer heureux qu'Anderlecht n'ait pas réussi à battre Gand le lendemain, laissant un écart encore surmontable.

Cette première partie de saison a-t-elle été moins bonne que la précédente ?

Lors de la saison 2014-2015, après avoir viré en tête à la fin de la phase classique (61 points, 4 de plus que Gand et Anderlecht) Bruges n'avait pourtant pas réussi à s'adjuger le sacre, dont le dernier remontait à 2005. Les Brugeois ont payé le prix fort de leur superbe campagne européenne (éliminés en quarts de finale) et de leur victoire en Coupe de Belgique, et ont terminé leur saison très fatigués, laissant à Gand la possibilité de soulever son premier titre de champion.

L'année dernière, on a senti que la stratégie brugeoise était différente. que le championnat était une priorité absolue, quitte à délaisser un peu la Coupe d'Europe (éliminés en poules de l'Europa League). Tactique payante puisque Bruges, premier encore une fois à la fin de la phase classique, s'était adjugé le titre sans trop de suspense, en se permettant de battre son rival de toujours, Anderlecht, 4-0.

La saison passée, le Club avait dominé assez facilement la phase classique aussi, en remportant 21 de ses 30 rencontres (mais 8 défaites), en totalisant 64 points, avec 64 buts marqués pour 30 encaissés.

Cette année, les Gazelles se sont inclinées à plusieurs reprises à l'extérieur en début de saison, mais ont trouvé leur rythme de croisière pour terminer à 59 points, avec 56 buts marqués pour 24 encaissés. Sans leurs faux-pas sur les deux dernières rencontres, leur total de points aurait été tout proche de celui de l'année précédente. On sent peut-être Bruges moins autoritaire et incontournable cette année. Les Brugeois ont réalisé une campagne de Ligue des Champions catastrophique (dans un groupe, a priori, abordable, composé de Porto, Leicester et Copenhague) en perdant tous leurs matchs. Pas plus de réussite en Coupe de Belgique, où le Club est éliminé dès les 8e de finale par Eupen.

L'année dernière, les Brugeois avaient à coeur d'enfin remporter un nouveau titre de champion, après la désillusion de l'année précédente, et ont construit une équipe solide et dominatrice, en élaborant une tactique payante grâce au bon travail de Preud'homme, grand artisan du titre. Aussi, Bruges a pu compter sur la très moyenne phase classique d'Anderlecht, qui a terminé la première partie de saison 3e, 9 points derrière le leader.

Le Club et les blessés

Le Club de Bruges doit aujourd'hui faire face à plusieurs blessures, surtout au niveau de son secteur offensif. Homme fort de l'équipe lors du titre la saison dernière, et vainqueur du Soulier d'Or, José Izquierdo est absent depuis plus d'un mois (mais revient normalement à Zulte). Sa vitesse, ses débordements et sa capacité à faire basculer un match sur un exploit individuel ont cruellement manqué aux hommes de Preud'homme. Comme nous en parlions dans un autre article, Bruges a dû revoir sa tactique offensive, surtout sur les flancs, en l'absence du Colombien, de Limbombe (de retour contre Charleroi avec 15 minutes) mais aussi de Refaelov. L'équipe est également privée de Diaby, un autre de ses pions offensifs, blessé jusqu'en fin de saison depuis début mars. Bien que l'ancien joueur de Mouscron n'ait pas réalisé une grande saison (aucun but marqué), c'est une solution encore en moins pour Michel Preud'homme.

Les Brugeois ont dû s'adapter aux blessures de leurs joueurs rapides et créatifs et miser plutôt sur le physique et la taille, en alignant en pointe le grand Wesley (deux buts au compteur dans ces Play-Offs), qui joue dans un registre différent d'un Vossen, blessé depuis le match contre Gand lui aussi, et absent face à Charleroi. Le plus important pour Preud'homme est d'arriver à trouver les hommes à faire jouer autour de l'attaquant brésilien. Chose peu aisée. Les attaques se doivent de venir par des actions rapides et moins posées pour arriver à surprendre et gagner des matchs, surtout en Play-Offs, ce qui peut expliquer aussi la difficulté qu'éprouve aujourd'hui Bruges dans le jeu offensif.

Même si les Gazelles devraient retrouver Izquierdo lors du déplacement à Zulte, ainsi que Vossen sur le banc, reste encore à savoir dans quelle forme ces joueurs évolueront. Pareil pour Refaelov, beaucoup blessé cette saison et auteur de 2 buts seulement.

Bruges devra absolument compter sur le retour de ses atouts offensifs pour tenter de surprendre ses adversaires, surtout en vitesse, ce qui leur a cruellement fait défaut lors des deux premiers matchs. Sans ça, il sera fort difficile de talonner Anderlecht.

Plus le droit à l'erreur

L'année dernière, les Brugeois avaient réussi à bien démarrer leurs Play-Offs avec deux victoires. Deux défaites étaient venues ensuite quelque peu semer le doute dans l'esprit de l'équipe, avant qu'elle ne prenne définitivement son envol en remportant 5 victoires d'affilée pour décrocher un titre tant attendu. Ici, les hommes de Preud'homme n'ont absolument plus le droit à l'erreur et doivent presque réaliser un sans-faute pour tenter de décrocher une nouvelle fois le sacre, d'autant plus qu'un certain Anderlecht-Bruges se profile déjà la semaine prochaine.

Si les Brugeois réalisent une contre-performance en ce début de semaine et dimanche, ils peuvent d'ores et déjà faire une croix sur le championnat.

Nos partenaires