Brigitte Becue souhaite transmettre son expérience de la natation

03/04/18 à 20:15 - Mise à jour à 20:17

Source: Belga

(Belga) L'ancienne nageuse Brigitte Becue pourrait devenir la présidente de la Fédération royale belge de natation (FRBN) le 15 mai prochain. "Si quelqu'un avec mon palmarès n'a pas de chance, cela en dit long sur la Belgique en tant que pays de sports", a déclaré Brigitte Becue, 45 ans, ce mardi à Belga.

Becue a décidé de quitter définitivement le monde de la natation en 2014 lorsqu'elle a perdu son poste au sein de la fédération francophone de natation. "Nager reste tout de même ma passion et j'ai beaucoup d'expérience. C'est ce que je veux transmettre", a expliqué Becue, qui a participé quatre fois aux Jeux Olympiques et qui a été sacrée championne d'Europe à cinq reprises. "L'été dernier, j'ai appris que Michel Louwagie voulait quitter sa fonction de président. Lorsque l'appel à candidatures a été lancé cette année, je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser. Étant donné mon âge, c'est l'occasion idéale de faire quelque chose pour la natation." "Je me rends compte que l'argent et la majorité du pouvoir décisionnel appartiennent aux fédérations régionales, et que la fédération nationale emploie principalement des équipes nationales. Mais, à mon avis, un certain nombre de choses peuvent être améliorées", affirme Becue. "Je souhaite rapprocher les fédérations flamande et francophone. Je pense que nous devrions agir davantage comme une seule équipe belge et je suis persuadée qu'il faut établir un plan de communication. Je trouve dommage que le monde de la natation soit si souvent traité négativement dans la presse." "Mon nom est un atout, en terme d'image en Belgique et à l'international. Je suis toujours la natation et je suis convaincue que je peux apporter quelque chose." Toutefois, Brigitte Becue ne souhaite pas augmenter ses chances de réussite en faisant du lobbying. "Je ne suis pas un politicien. Ils devront me choisir pour qui je suis. Tout le monde sait que je ne tourne pas autour du pot. Beaucoup de personnes aiment ça, d'autres non. Je ne sais pas si le fait d'être une femme sera un désavantage. Dans tous les conseils du monde de la natation, on peut en tout cas constater qu'il n'y a pas la moindre femme. Je ne suis pas une féministe mais je pense qu'une femme peut apporter quelque chose d'autre", conclut l'ancienne spécialiste de la brasse. (Belga)

Nos partenaires