Brexit - Plusieurs Diables Rouges n'obtiendraient plus de permis de travailler en Angleterre

24/06/16 à 15:08 - Mise à jour à 15:08

Source: Belga

(Belga) Le Brexit pourrait avoir de lourdes conséquences sur les deux premières divisions anglaises de football si la législation du travail restait la même. Il est vrai que des règles strictes ont été fixées pour l'acceptation de joueurs étrangers au sein de ces compétitions. Règles que les européens ne doivent pour l'instant pas respecter. L'an dernier, la BBC avait évalué à plus de 300 le nombre de joueurs européens qui n'auraient pas obtenu le droit d'évoluer en Angleterre s'ils avaient été extra-européens. Elle parle aujourd'hui de 122 joueurs rien que pour la division 1. Et parmi eux, on trouverait de nombreux joueurs belges, et non des moindres.

La règle est simple: pour jouer dans une équipe en Angleterre, il faut être bon. Comment juger de cela? Le législateur a tranché: il faut jouer ("appearance" précise bien le texte) beaucoup dans son équipe nationale. Jusqu'à 75% des rencontres des deux dernières années. Encore faut-il déjà que cette équipe nationale soit classée au pire au 50e rang mondial. Ensuite, au mieux est classée une nation, au plus le pourcentage de matches joués diminue. La logique est la suivante: au plus une nation est bonne, au plus les places en équipe nationale sont chères. Il faut avoir disputé 60 % des rencontres pour les nations classées du 21e au 30e rang mondial, 45 % pour celles occupant les places de 11 à 20. A ce petit jeu, les Belges seraient pour l'instant encore favorisés, car l'équipe nationale belge figure parmi les 10 meilleures nations du monde. Ils peuvent jouer en Angleterre s'ils ont joué "à peine" 30 % des matches de compétition des Diables Rouges. Quatorze Diables sont déjà assurés de répondre à cette règle à l'issue de l'Euro. Dix évoluent déjà en Angleterre. Yannick Ferreira Carrasco et Thomas Vermaelen (5 matchs sur 13 actuellement) devront encore être alignés une fois si la Belgique atteint les demi-finales. Thomas Meunier (4 matches sur 13) devrait, lui, jouer face la Hongrie pour avoir droit à un transfert en Angleterre, puis un autre match si les Belges vont plus loin. Parmi les victimes du Brexit, on retrouverait les "English" présents à Bordeaux que sont Simon Mignolet (toujours appelé mais seulement deux fois sur le terrain), Mousa Dembelé (qui pourrait cependant faire jouer ses nombreuses périodes d'indisponibilité pour blessure) et Jason Denayer. Parmi les Diables récents, Nacer Chadli, Kevin Mirallas, Adnan Januzaj, Sébastien Pocognoli, ne répondraient plus aux normes. Et que dire de la dizaine d'autres Belges évoluant en Angleterre sans être international, dont le tout récent champion d'Angleterre Richie De Laet. A très court terme, ils n'ont cependant aucune crainte à avoir. Et on imagine par ailleurs qu'au moment où le Brexit deviendra effectif, les joueurs actifs seront au moins couverts par leurs contrat en cours. (Belga)

Nos partenaires