Bernès : "Wilmots a le droit d'avoir envie d'autre chose, non ?"

08/07/15 à 12:30 - Mise à jour à 10:34

Source: Sportmagazine

Eden Hazard, Marc Wilmots, Marouane Fellaini, Michy Batshuayi : le légendaire agent de joueur français, Jean-Pierre Bernès nous accordé une longue interview. Entretien cash.

Bernès : "Wilmots a le droit d'avoir envie d'autre chose, non ?"

Jean-Pierre Bernès ne s'étonne pas de la collaboration entre Marc Wilmots et Jorge Mendes. © BELGAIMAGE

Hazard est jeune, beau gosse, spectaculaire, efficace, il n'est jamais mouillé dans des scandales extra-sportifs, on ne l'a jamais photographié torché à la sortie d'une boîte... Ce n'est pas le joueur qui fait rêver n'importe quel agent de haut niveau ?

Vous avez raison, il a tout, il est dans le Top 20 des meilleurs joueurs européens.

Seulement dans le Top 20 ?...

Il y en a, des grands joueurs en Europe, vous savez ! Hazard a fini à quelle place au Ballon d'Or ? Autour de la vingtième, non ? Allez, peut-être qu'il est monté dans le Top 15 entre-temps.

Hazard un jour aussi cher que Ronaldo ou Gareth Bale, vous y croyez ?

Je ne dis pas qu'il peut être vendu pour plus de 100 millions, mais si quelqu'un avait dit il y a quelques années qu'un footballeur serait un jour transféré pour ce prix-là, on l'aurait pris pour un dingue. Aujourd'hui, je peux dire à coup sûr que dans les prochaines années, il y aura des joueurs encore plus chers.

Ça vous étonne qu'un Marc Wilmots signe avec Jorge Mendes ?

Non ! Pourquoi ça m'étonnerait ? Il a fait des résultats avec l'équipe belge, non ?...

Vous avez suivi le feuilleton Schalke 04 ? Chez nous, ça a fait du foin.

Mais c'est normal qu'en fin de saison, un entraîneur réfléchisse à la suite de sa carrière ! Il a le droit d'avoir envie d'autre chose. Ça vous choque, vous ? Moi pas !

Ça a tiqué parce qu'il n'est pas en fin de contrat.

Il faut vivre avec son temps ! Je suis le premier à vouloir qu'on respecte les contrats, mais si vous avez une clause, c'est logique que vous réfléchissiez. Les gens de la fédé belge, quand ils ont signé avec Wilmots, ils savaient qu'il y avait cette clause. Leur entraîneur ne les a pas pris en otage !

Wilmots est chez Mendes, Romelu Lukaku chez Mino Raiola : vous vous situez où par rapport à ces deux-là ?

(Il rigole).

Pourquoi vous rigolez ?

C'est toujours Mendes, Raiola, Mendes, Raiola. Toujours pareil. Je sais que si je me fixe sur un grand joueur belge, je peux le prendre. Mais je pars du principe, peut-être à tort, que les agents belges ont le droit de travailler avec leurs joueurs. Et il y a déjà pas mal de boulot en France.

Vous n'avez jamais essayé d'avoir un joueur belge ?

Un jour, j'ai pris contact avec le père Fellaini. Ça n'a débouché sur rien. J'ai aussi discuté avec le conseiller financier d'Eden Hazard quand il s'est séparé de John Bico. Là aussi, il n'y a pas eu de suite. Je n'ai jamais mis l'accélérateur pour que ça se concrétise avec un Belge. Mais un jour, pourquoi pas ? Ça pourrait être une chouette expérience. J'aime bien la Belgique et les Belges en général. J'aime bien la mentalité qu'il y a chez vous. Je suis allé voir Anderlecht - Dynamo Moscou avec les parents de Valbuena, j'ai trouvé que l'ambiance autour du stade était très chaleureuse. Et puis ce que j'ai vu au dernier France - Belgique... Ce sont vos supporters qui ont mis l'ambiance. Vous avez un pays de bons vivants, de gens qui aiment la vie. Ce n'est pas tout à fait la même chose ici, en football et dans la vie en général. Le foot, c'est du business, il y a des intérêts sportifs et économiques énormes, mais il faut que les gens réapprennent à vivre. Ce n'est pas la guerre, c'est un jeu, un sport, il faut se détendre ! Or, je trouve que c'est de plus en plus tendu chez nous.

Votre avis sur la première saison de Michy Batshuayi à Marseille ?

Il a fait des bonnes apparition, c'était consistant.

Mais il a eu du mal à décoller.

On a souvent du mal à décoller à l'OM. C'est un club très compliqué pour un jeune, même un Français. La pression est gigantesque. Avant de recruter un bon joueur, Marseille doit recruter un gars costaud dans la tête. J'en ai connu, des bons qui ont pété les plombs là-bas ! Maintenant, Batshuayi va devoir confirmer. André-Pierre Gignac n'est plus là, il va avoir sur ses épaules toute la pression du numéro 9 titulaire de l'OM. A son âge, c'est lourd.

Par Pierre Danvoye

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jean-Pierre Bernès dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires