Benteke: "Bien sûr que je comprends le choix de Witsel"

02/05/17 à 17:00 - Mise à jour à 17:04

Source: Sportmagazine

Après une saison compliquée à Liverpool, Christian Benteke est à nouveau l'un des buteurs les plus craints et respectés de Premier League. Sport/Foot Magazine est parti à la rencontre de l'autre Big Ben de Londres. Extraits.

Benteke: "Bien sûr que je comprends le choix de Witsel"

Christian Benteke : " Avec Roberto Martinez, chacun se retrouve dans un rôle qu'il apprécie et qui le met en valeur. " © BELGAIMAGE - CHRISTOPHE KETELS

Christian Benteke à propos...

...de son échec à Liverpool : "Je n'ai pas pu m'exprimer. Les gens me font rire quand ils rappellent cette stat que j'ai marqué quasi autant de goals contre Liverpool qu'avec Liverpool. Mais avec Liverpool, je ne jouais quasiment pas. Et pourtant, j'ai quand même inscrit 9 buts en championnat. Selon moi, un échec, c'est quand tu débutes un travail, que tu le termines et que tu échoues. Mais moi, je n'ai pas eu l'occasion de m'exprimer suffisamment pour parler d'échec".

... de Jürgen Klopp : " Je ne peux pas lui en vouloir. Je pouvais être frustré sur le moment même mais de toute façon ce n'est pas une personne qui va réussir à détruire ce que j'ai construit et ce que je vais construire. Dans tous les cas, je ne me serais pas laissé faire. Et dans ma tête, je suis plutôt du genre à me dire : si ça marche pas ici, ça marchera ailleurs. Si je voulais lui montrer qu'il s'était trompé lors de mon retour à Anfield ? C'est humain mais je ne voulais surtout pas forcer mon jeu. Mais quand j'ai marqué et même si j'essayais de le cacher, j'étais très heureux. Mais je suis resté respectueux car beaucoup de joueurs auraient provoqué le coach, le public. Moi, ce n'est pas dans mon caractère".

...du choix de carrière d'Axel Witsel : " On a tous nos rêves mais il y a des offres que tu ne peux pas refuser. Bien sûr que je le comprends. Ce sont des hypocrites, ceux qui le critiquent. Moi, j'ai félicité Axel pour son transfert. On en a parlé en sélection et, en tout cas, tous ceux qui étaient là avec moi, comprenaient son choix. Je dis toujours : chacun a son histoire avant de commencer le foot. Certains jouent pour les trophées, d'autres pour l'argent. Moi, je joue pour les deux mais je sais aussi que le temps avance et que je ne serai jamais un Messi ou un Cristiano Ronaldo qui peuvent gagner plein de titres. Si je mets de côté la possibilité d'un jour signer en Chine ? Non".

...de Roberto Martinez : " Il a de bonnes idées et chacun se retrouve dans un rôle qu'il apprécie et qui le met en valeur. Il a apporté une organisation équilibrée, tout le monde sait ce qu'il doit faire. On travaille davantage le spécifique désormais, tout est plus précis. À l'EURO, par exemple, on était préparé mais pas de manière approfondie. Notre jeu était très spontané, on faisait un peu ce qu'on voulait. Et en plus, Vincent (Kompany, ndlr) n'était pas là. Avec un leader comme lui, quelqu'un qui parle, qui crie, ça peut t'aider à corriger certaines erreurs".

...de ce qui manque encore aux Diables: " Vouloir se faire mal pour l'autre, faire le sale travail pour l'autre, c'est ce qu'on doit améliorer. Vu la concurrence en équipe nationale, inconsciemment on pense trop à notre carte personnelle. Mais après, devant les caméras, on ne fait pas semblant, on s'entend bien. Mais on doit encore améliorer cette envie de se dépasser collectivement. On est déjà plus soudés qu'avant".

Par Thomas Bricmont à Londres

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Christian Benteke dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires