Belges à l'étranger - Manchester United-Tottenham - Nico Claesen encense Lukaku avant son duel avec Harry Kane

27/10/17 à 12:30 - Mise à jour à 12:31

Source: Belga

(Belga) Eliminés à la surprise générale par West Ham United, 2-3, après avoir mené 2-0, en 1/8e de finale de la Coupe de la Ligue, mercredi à Wembley, les Spurs et ses Belges (Toby Alderweireld, Jan Vertonghen et Moussa Dembélé) auront l'occasion de se faire pardonner ce couac dès samedi midi à l'occasion du match d'ouverture de la 10e journée du championnat. Une victoire contre Manchester United à Old Trafford leur permettrait en outre non seulement de redorer leur blason, mais surtout de déloger MU de la 2e place. Et de revenir au moins provisoirement à 2 points de Manchester City qui se déplacera à West Bromwich Albion dans l'après-midi...

Côté visités Romelu Lukaku, dont certains disent qu'il ne marque jamais dans les matches importants, voudra sûrement démontrer le contraire. D'autant qu'il livrera (peut-être) un match dans le match contre son vis-à-vis Harry Kane (incertain à cause d'une gêne aux ischio-jambiers), le buteur au sang froid de Tottenham, auteur de 13 buts en 12 matches, dont 8 en Premier League. Lukaku en a lui inscrit 11 en 14 matches, dont 7 en championnat. L'ex-diable Rouge de Tottenham (entre autres) Nico Claesen, 55 ans, ne tarit pas d'éloges au sujet de l'ancien anderlechtois. "Je le connais depuis qu'il est tout petit", a-t-il ainsi confié sur le site officiel des Spurs, "et je dois dire qu'il n'a pas cessé de m'étonner au fil de sa progression. En équipes de jeunes, il était avantagé par son gabarit, même si son club l'alignait toujours dans la catégorie d'âge supérieure. Ce qui n'empêchait pas les gens de dire que c'était trop facile pour lui de marquer tous ces buts. Mais il a ensuite continué à les empiler en première. Jusqu'à aujourd'hui..." Claesen ne s'en cache pas: Lukaku l'impressionne. "Il ne fait pas que marquer", insiste-t-il en effet, "et ne se contente pas de jouer en profondeur. Il s'intègre habilement dans les combinaisons qui permettent de piéger les défenses renforcées adverses et en est même parfois l'inspirateur. Il se place bien et le deuxième ballon est toujours pour lui. Autrefois on disait qu'il avait besoin d'espaces, mais ce n'est plus vrai aujourd'hui. Il a beaucoup appris...", conclut Nico Claesen, un ancien serésien (de 1978 à 1984), comme Roger Lukaku, le père de Romelu (de 1993 à 1995). (Belga)

Nos partenaires