Anderlecht : Y a-t-il un docteur dans le club ?

17/04/15 à 09:00 - Mise à jour à 16/04/15 à 21:10

Source: Sportmagazine

Le Sporting vit des temps durs. Il s'est difficilement imposé face à Charleroi mais s'est incliné contre le Standard. Des joueurs reviennent de blessure et les langues se délient : des erreurs ont été commises.

Anderlecht : Y a-t-il un docteur dans le club ?

Bram Nuytinck, ici avec Besnik Hasi, a fustigé la manière dont le club avait géré sa fracture à un orteil. © BELGA

Le retour à Anderlecht de l'ancien médecin du club, Kristof Sas, serait imminent.

Het Nieuwsblad et Het Laatste Nieuws l'ont en tout cas annoncé. Les deux journaux suggèrent qu'Anderlecht envisage de mettre un terme à sa collaboration avec son médecin actuel, Peter Wieme, en fin de saison. La nouvelle suit, non sans hasard, les critiques émises par Bram Nuytinck après le match contre Charleroi, le lundi de Pâques. Nuytinck a fustigé la manière dont le club avait géré sa fracture d'un orteil. Il se l'était occasionnée en septembre 2014. Elle devait lui valoir une absence de dix jours, a priori. Les dix jours sont devenus six mois. Le défenseur a été retitularisé pour la première fois contre Charleroi. Nuytinck a parlé d'un " diagnostic erroné " et " pas d'une erreur mais de plusieurs. "

Nul n'est cité, dans aucun article. La fuite semble avoir été bien orchestrée. Un homme est sacrifié sans pitié tandis que les autres sont soigneusement protégés. Le chirurgien Geert Declercq conserve la confiance générale, d'après les journaux, et le kinésithérapeute Jochen De Coene " dispose d'un crédit suffisant au sein du club. " De Coene est souvent à Neerpede à la pointe de l'aube pour y soigner en toute discrétion Alexandre Van Damme, l'homme fort du Sporting. Les mauvaises langues le qualifient d'incontournable. Il est d'ailleurs le chef du service médical, une position qu'il a intelligemment conquise après les démissions successives des médecins Sas en octobre 2011 et Kris Vollon en avril 2013 puis du limogeage du préparateur physique Mario Innaurato, peu avant le départ de Vollon.

Ce n'est pas la première fois que le nom de Sas revient. C'était déjà le cas l'année dernière, sans qu'il y ait d'élément concret. Cette fois, il y a bel et bien un intérêt réciproque d'Anderlecht et de son ancien médecin, sans que rien ne soit encore concret. En revanche, la manière dont le club règle ses comptes avec le Dr Wieme, en public, est particulièrement pénible. Ça ne favorise en tout cas pas la confiance dans le vestiaire mauve.

Le fait est qu'Anderlecht est confronté à une série de blessures ennuyeuses cette saison. Outre Nuytinck -et Matias Suarez, qu'on a presque oublié, Chancel Mbemba et Dennis Praet ont été longtemps indisponibles. Steven Defour a accumulé les bobos. On a longtemps tu le fait que Silvio Proto ne parvenait pas à guérir d'une blessure à l'orteil, ce qui a exaspéré le gardien. Pendant le mercato hivernal, Anderlecht a enrôlé Idrissa Sylla, qui était touché aux adducteurs et n'a pas encore joué une seule minute. A la mi-février, le Sporting a annoncé qu'Ibrahima Conte devait être opéré au ménisque et serait absent plusieurs mois mais la semaine suivante, il jouait comme si de rien n'était. Besnik Hasi en a sa claque.

Par Jan Hauspie

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré au staff médical anderlechtois dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires