Anderlecht se veut d'attaque

26/07/18 à 09:10 - Mise à jour à 09:10
Du Sport/Foot Magazine du 25/07/18

Stade rafraîchi, équipe new look : c'est sur de nouvelles bases que le RSCA aborde la campagne 2018-19.

Anderlecht se veut d'attaque

© BELGA

C'est une enceinte quelque peu reliftée que les inconditionnels des Mauves ont découverte samedi passé à l'occasion du match de gala face au Stade Rennais. La tribune d'honneur, surtout, offre un nouveau visage, vu qu'elle ne comporte plus que des sièges VIP loués... 4500 euros la saison. Ce remodelage a entraîné le déménagement de l'intégralité de la tribune de presse, qui se situe à présent à l'étage, en partie centrale, au lieu d'occuper une position excentrée, comme c'était le cas depuis plusieurs années.

Au-delà du succès 3-2 signé par les troupes de Hein Vanhaezebrouck face à une formation bretonne moins loin dans sa préparation, on retiendra quelques jolies prestations individuelles des nouveaux. A l'image du gardien Thomas Didillon, impeccable dans le jeu au pied, tant au sol qu'en drop. A deux reprises, le gardien français s'est d'ailleurs plu, sur dégagement slicé, à lancer en profondeur Pieter Gerkens. De quoi franchir d'un seul coup de botte deux lignes adverses...

Ognjen Vranjes, aligné à droite d'une défense à trois, sera lui aussi un plus, à condition de canaliser une fougue qui lui a valu l'exclusion, en seconde armure, pour un tackle trop appuyé. Dans l'entrejeu, Evgen Makarenko s'est signalé comme un précieux arracheur de ballons, précis à la relance de surcroît. A l'avant, enfin, Laandry Dimata s'est distingué en inscrivant le dernier but, après un coup-franc d' Adrien Trebel, et a offert un assist à Gerkens sur le deuxième. Seul bémol : il a raté un penalty en première période, imité par Trebel en deuxième. Anderlecht et les penaltys : suite et toujours pas fin ? Cela n'a fait rire ni le coach anderlechtois, ni le président Marc Coucke en tout cas.

On signalera aussi, à propos du boss frais émoulu, qu'en dépit des transformations apportées au stade, il cherche toujours un endroit où ériger une nouvelle enceinte. La commune d'Anderlecht lui a proposé le site d'Anderlecht-Industrie mais il ne convient pas : le Sporting a besoin de 10 ha pour implanter un nouvel outil et cet endroit n'en offre que 6.

Nos partenaires