Marc Degryse
Opinion

15/02/16 à 16:17 - Mise à jour à 16:17

Anderlecht, le mercato décisif

Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, est charmé par les nouveaux venus à Anderlecht.

Anderlecht, le mercato décisif

Filip Djuricic, typiquement un joueur labélisé Anderlecht pour Marc Degryse. © BELGA

Mon week-end foot a débuté par le match de Gand face à Mouscron. Une rencontre où tous les projecteurs étaient tournés vers Mbark Boussoufa, qui a remplacé Moses Simon, sorti sur blessure. Bous fut le héros de la soirée. Sa reprise de volée limpide a libéré la Ghelamco Arena qui lui avait rendu un vibrant hommage lors de sa montée au jeu. Le petit Marocain n'est encore qu'à 70% de ses capacités mais sa classe est intacte. Son apport pourrait être décisif durant les play-offs, d'autant qu'il risque de monter en puissance. L'arrivée de Boussoufa a mis en lumière les problèmes de communication entre la direction et son coach mais elle pourrait se révéler être un maître-achat dans la lutte pour le titre. C'est un joueur comme on n'en trouve peu sur le terrain, quelqu'un qui est capable de décider d'un match sur une action, un geste. Le joueur tant réclamé par Besnik Hasi lors du mercato d'été, lui qui aura tout essayé pour le faire revenir.

Hasi s'est longtemps plaint de ne pas avoir dans son noyau assez d'éléments capables de décider d'un match, d'autant que Matias Suarez n'a jamais retrouvé sa meilleure forme. Aujourd'hui, la situation a bien changé à Anderlecht, on l'a encore vu face à Zulte Waregem. Les supporters, la direction et les joueurs sont aujourd'hui sur la même longueur d'onde et cette mise au point arrive au meilleur moment. Les Mauves se sont indiscutablement renforcés cet hiver. Alexander Büttner s'est rapidement acclimaté, il n'est pas impressionné par l'institution, il a cette assurance toute hollandaise qui peut parfois être un handicap mais qui est ici une qualité. Après être passé par des clubs comme Manchester United ou le Dynamo Moscou, il n'a pas peur de prendre l'initiative, grâce notamment à son très beau pied gauche. Son arrivée était indispensable suite à la longue indisponibilité d'Ivan Obradovic.

Partager

A Anderlecht, trop de joueurs étaient sûrs de leur pace. Cette donne a totalement changé.

L'achat de Stéphane Badji est également une très bonne chose pour le milieu de terrain. Ce n'est pas un joueur flamboyant mais quelqu'un d'intelligent sur le terrain qui bosse dans l'ombre, qui joue juste. Son arrivée augmente la concurrence dans le noyau et permet aussi à Steven Defour de jouer plus haut, de prendre davantage d'initiatives et d'être couvert. Trop de joueurs étaient sûrs de leur place, cette donne a totalement changé depuis le dernier mercato. Les réservistes vont devoir saisir leur chance à la moindre montée au jeu et, à ce sujet, celle de Youri Tielemans est encourageante pour la suite.

Et puis comment ne pas évoquer Filip Djuricic qui, lui aussi, monte en puissance. J'étais sceptique quand on a annoncé son transfert car le joueur n'avait plus marqué depuis près de trois ans et s'était fourvoyé à Benfica, Southampton et Mayence. Mais aujourd'hui, c'est tout l'inverse, je suis charmé par sa technique, son toucher de balle, sa faculté à désarticuler une défense. C'est typiquement un joueur labélisé Anderlecht. Il manque encore de rythme, on l'a vu notamment sur une action où il aurait dû mieux servir Idrissa Sylla mais ce qu'il a déjà montré est extrêmement intéressant.

Anderlecht avait urgemment besoin d'étoffer son noyau : c'est fait. Quand j'ai demandé, il y a quelques jours, à Besnik, s'il estimait que son noyau était inférieur à celui de Gand ou de Bruges, il m'a répondu que non. Je suis convaincu qu'il m'aurait répondu par l'affirmative il y a quelques semaines encore. Aujourd'hui, Besnik Hasi semble décontracté et confiant, tout l'inverse de l'homme quelque peu désabusé d'il y a quelques semaines.

Nos partenaires