Marc Degryse
Opinion

10/08/15 à 12:33 - Mise à jour à 12:33

Anderlecht? Le coach, Praet et le physique m'inquiètent!

Contre Gand, Anderlecht a disputé, en début de match, sa meilleure demi-heure du début de championnat. C'était contre le champion, très bien donc, moment bien choisi... Mais après ça...

Anderlecht? Le coach, Praet et le physique m'inquiètent!

© BELGA

On a donc eu 30 minutes de haut vol, avec des gars qui se défonçaient, qui enfonçaient le tenant du titre, qui étaient les rois de la pelouse, qui faisaient bien circuler le ballon, qui se déplaçaient intelligemment, qui mettaient une grosse pression en perte de balle. Et un Steven Defour des grands jours qui était dans tous les bons coups.

Maintenant, il faut m'expliquer comment il est possible de craquer de cette façon après seulement une demi-heure en tout début de saison. Pour moi, le problème est clairement physique. Le moteur n'en voulait plus. Et ça, c'est assez inquiétant, quoi qu'en dise Besnik Hasi. Il maintient que le problème n'a rien à voir avec la condition physique de son groupe, je ne le suis pas sur ce point-là.

Quand on le pousse dans ses retranchements, il reconnaît quand même que l'équipe n'est peut-être pas tout à fait prête "parce que tout le monde n'a pas fait une préparation complète". Il a raison, certains joueurs ne peuvent pas encore être dans le coup : Stefano Okaka vient d'arriver, Imoh Ezekiel n'était pas là au début, Matias Suarez sort d'une très longue période sans match.

Partager

Hasi dit que tout son groupe n'a pas eu une préparation complète mais l'entrejeu qui a sombré après une demi-heure contre Gand était bel et bien là dès la reprise !

Mais moi, j'ai vu un entrejeu qui sombrait complètement, et sauf si on arrive à me prouver le contraire, ces quatre joueurs ont fait toute la préparation : Steven Defour, Youri Tielemans, Guillaume Gillet, Dennis Praet ! Donc, le raisonnement du coach ne tient pas la route. On aurait pu s'attendre à un sursaut dès le début de la deuxième mi-temps, après un troisième quart d'heure où ils avaient joué avec le frein à main, puis à nouveau quinze minutes de pause et de récupération dans le vestiaire... Mais on n'a rien vu de tout ça et Gand a complètement pris le contrôle du match. C'est relativement inquiétant.

Un autre motif d'inquiétude, c'est Praet. Le Praet 2015 n'a plus rien de commun avec le Praet 2014. Il est où, le joueur qui a brillé dans quelques gros matches en Ligue des Champions ? Il a été blessé dans sa chair après son Soulier d'Or, le problème était au niveau du dos. Entre-temps, le souci s'est clairement déplacé dans la tête. Il n'est pas bien, ça saute aux yeux.

Il dit qu'il veut partir et Anderlecht ne le laisserait filer que pour une quinzaine de millions. Bonne chance ! Mission impossible. Toute cette histoire autour d'un retour possible de Mbark Boussoufa, ce n'est pas fait pour rendre de la sérénité à Praet. Il sait parfaitement que si Boussoufa vient, ils seront à deux pour une seule place. Et il sait aussi que Hasi est fan du Marocain. Vivement la fin du mois d'août pour qu'on ait de la clarté sur cette affaire, car sans ça, je ne vois pas Praet reprendre le dessus, retrouver tous ses moyens psychologiques.

Hein Vanhaezebrouck a encore été très malin. Il a laissé passer l'orage de la première demi-heure puis son équipe a pris les commandes du match. C'est bien, ça a marché et c'est Gand qui a joué en champion, pas Anderlecht. Mais qu'il tire quand même les bonnes leçons. En début de match, ses joueurs étaient endormis, nonchalants, trop sûrs d'eux, à la limite arrogants. Si tu fais ça en Ligue des Champions, tu es mené 3-0 à la mi-temps et ça ne sert à rien de remonter sur le terrain.

En savoir plus sur:

Nos partenaires