Marc Degryse
Opinion

11/04/16 à 16:00 - Mise à jour à 16:25

" Anderlecht doit-il faire venir un joueur comme Badji quand il veut retrouver le style maison ? "

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, Alexander Büttner et Stéphane Badji sont les maillons faibles d'Anderlecht.

" Anderlecht doit-il faire venir un joueur comme Badji quand il veut retrouver le style maison ? "

Pour Marc Degryse, Stéphane Badji est un des maillons faibles d'Anderlecht. © BELGAIMAGE

Bruges qui fait un carton plein depuis l'ouverture des play-offs, ça n'a rien d'étonnant si on analyse le nombre de joueurs qui sont arrivés au bon moment au top de leur forme. Autant ils sont nombreux là-bas, autant ils sont rares chez les deux autres candidats au titre. Du moins si on peut encore considérer Gand comme un candidat. L'équipe de Hein Vanhaezebrouck est finalement dans la même position qu'il y a un an, dans la peau de l'outsider. Mais l'année passée, c'était une équipe en pleine progression, alors que c'est aujourd'hui une équipe en pleine régression !

Que Michel Preud'homme soit en tribune ne change rien. Ses joueurs n'ont pas besoin qu'il soit en zone neutre pour transmettre sa hargne. Et il y a un entraîneur sur le terrain : Timmy Simons. C'est un des hommes en verve. Il joue devant une défense qui tient la forme de sa vie. Le duo central Stefano Denswil - Björn Engels est le meilleur du championnat. A gauche, Laurens De Bock ne lâche rien et, pendant tout le match contre Gand, il a mis une pression infernale sur Mbark Boussoufa. A droite, Thomas Meunier peut dire qu'il a fait deux premiers matches de play-offs en configuration champion. Lui aussi met en permanence une grosse pression vers l'avant. Il faut voir comment vont évoluer les blessures de Ruud Vormer et Lior Refaelov, mais avec ces deux-là associés à Simons, c'est super costaud et productif. C'est le premier élément de l'équilibre du bloc brugeois. Encore un homme en grande forme à Bruges : le douzième, le public ! Qu'est-ce qu'il peut pousser l'équipe dans les gros matches ! Et puis il y a Ludovic Butelle pour assurer dans le but.

Partager

Le premier malheur de Gand, c'est d'avoir perdu sur blessure son meilleur joueur du moment : Brecht Dejaegere.

A côté de ça, je ne vois qu'un tout petit minimum d'hommes en forme du côté de Gand. A part montrer qu'il est encore capable de protéger un ballon, Boussoufa n'apporte vraiment pas grand-chose. Moses Simon a reçu sa chance à Bruges, il a prouvé que son coach avait eu... grand tort de lui faire confiance. Et puis il y a l'énigme Laurent Depoitre. Ça fait plusieurs semaines qu'il est complètement à côté de son sujet. C'est lui, l'attaquant qui faisait fureur dans presque tous les matches il y a quelques mois ? Encore le week-end dernier, il a passé le match dans la poche des défenseurs adverses. Protéger un ballon, lui, il n'arrive même plus à le faire. Il manque de tranchant, il manque de tout. Donc, les buts ne suivent plus alors que le milieu de terrain n'est plus dominant et que la défense n'arrive plus à sortir avec des bons ballons. Le premier malheur de Gand, c'est d'avoir perdu sur blessure son meilleur joueur du moment : Brecht Dejaegere. Pour le moment, j'ai beau retourner l'équipe dans tous les sens, je ne vois qu'un gars au-dessus du lot : Matz Sels. C'est inquiétant.

Et à Anderlecht... C'est moins préoccupant qu'à Gand mais c'est moins joyeux qu'à Bruges. OK, c'est passé à Zulte Waregem et on ne peut même pas dire que ce soit une victoire volée. Mais on continue à attendre le spectacle qui vaudrait le déplacement. Le jeu de position est un peu chaotique par moments et la circulation n'est pas bonne. Dennis Praet et Steven Defour sont intéressants pour le moment. Silvio Proto aussi... comme toujours. Stefano Okaka arrive régulièrement à faire quelque chose d'efficace quand il est bien servi dans le rectangle. C'est tout ! Alexander Büttner et Stéphane Badji, par exemple, c'est faible. Trop faible, de vrais maillons faibles. Doit-on faire venir un joueur comme Badji quand on veut soigner le style historique de la maison ? Anderlecht est dos au mur, en tout cas. Il ne peut pas se permettre de perdre son match du week-end prochain contre Bruges.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos