Anderlecht : Coucke attend le feu vert de l'autorité de la concurrence

27/03/18 à 11:44 - Mise à jour à 11:59

Tous les clubs belges peuvent se prononcer sur la reprise d'Anderlecht par Marc Coucke. Le tout a atterri sur le bureau de l'autorité belge de la concurrence, qui doit prochainement donner son feu vert.

Anderlecht : Coucke attend le feu vert de l'autorité de la concurrence

Luc Devroe et Marc Coucke. © BELGA

Interrogé sur la date de son entrée en fonction à Anderlecht, Luc Devroe a répondu fin mars, dès que l'autorité belge de la concurrence aurait donné son feu vert à la reprise. Nous sommes fin mars mais lundi passé, il n'y avait toujours pas de feu vert, même s'il était imminent: la date-butoir légale est fixée à vendredi. Il n'est pas inhabituel que ce genre d'affaires soit traité par cette autorité, d'autant qu'un moment donné, deux équipes du championnat semblaient avoir le même propriétaire. Marc Coucke s'est finalement épargné les froncements de sourcils de ses collègues en cédant toutes ses parts d'Ostende au lieu d'en conserver 9% et en érigeant, selon ses propres termes, une grande muraille chinoise entre le KVO et le Sporting.

Tous les clubs de D1 ont reçu un questionnaire leur permettant de formuler leurs remarques. Les clubs, pas la Pro League car une association de coupole ne peut pas représenter une partie éventuellement désavantagée. La plupart des critiques se sont éteintes quand Coucke a vendu toutes ses parts d'Ostende et a procédé à une augmentation de capital de quinze millions pour diminuer les dettes du club. Les Bruxellois s'attendaient à la plus grande résistance de la part de l'Antwerp, résistance étayée par les rumeurs de couloir ventilées par certaines personnes impliquées. Paul Gheysens, notamment, déteste perdre. Or, le propriétaire de l'Antwerp a échoué dans sa tentative de reprendre Anderlecht. Mais d'autres équipes ont consciencieusement rempli le questionnaire.

Le tout forme un "dossier très complexe", qui se trouve maintenant sur le bureau de l'auditrice générale, Véronique Thirion. Il appartient à ses services de donner le feu vert. Nous l'avons eue brièvement en ligne lundi. Elle attendait encore quelques réponses avant de rendre son avis cette semaine encore, dans le respect du délai légal.

Peter T'Kint

En savoir plus sur:

Nos partenaires