Marc Degryse
Opinion

18/04/16 à 19:49 - Mise à jour à 19:48

Anderlecht champion ? Même pas un exploit

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, Anderlecht est supérieur en terme de qualités individuelles.

Anderlecht champion ? Même pas un exploit

Les Mauves après la victoire face au Club Bruges. © BELGA

Vu la crise de forme et de confiance de Gand, on pouvait considérer le topper Anderlecht - Bruges comme le premier choc pour le titre. Après ce match, on est bien forcé de confirmer que ces play-offs ne nous offrent toujours pas de foot de haut niveau. Il y a du stress, de la tension, de la nervosité, des duels parfois à la limite, ça oui. Mais personne ne surnage du point de vue de la qualité du jeu, il n'y a aucune équipe pour faire oublier que les autres ne produisent décidément pas grand-chose.

Bruges n'a pu opposer que ses armes à Anderlecht : l'envie, l'engagement. Mais si on fait la somme des talents individuels présents dans les deux noyaux, il n'y a pas photo, Anderlecht est supérieur. C'était clair dès le début de saison : les Mauves doivent être champions. Tout autre résultat final sera une déception. Si on me dit que Besnik Hasi risque de réussir un nouvel exploit en cas de titre, je ne suis pas d'accord. Il ferait simplement ce qui est normal.

On ne devra pas parler d'un stunt, d'une performance historique. La grosse contre-performance a été le nombre incalculable de points perdus pendant la phase classique. Une victoire contre Bruges et le retour dans la lutte pour le titre ne doivent pas le faire oublier. S'il faut parler de bon coup dans le cas de l'entraîneur, c'est la faculté à faire maintenant cohabiter Youri Tielemans, Steven Defour et Leander Dendoncker. Il y avait déjà eu des essais qui n'avaient pas marché, mais le week-end passé, cette association a été la clé du topper.

Partager

"Si Besnik Hasi n'arrive pas à produire enfin du jeu avec des individualités pareilles... c'est quand même fort malheureux."

On ne peut pas comparer, sur le papier, Dendoncker et Stéphane Badji. Dendoncker a plus de foot, il réfléchit et agit plus vite, il met plus de pression vers l'avant. Il fait un boulot efficace qui permet à Defour d'être plus dominant vers l'avant. Et Tielemans, même s'il n'a pas été irréprochable contre Bruges, s'en sort quand même en étant l'homme du match avec son but. Je vois deux hommes du match, en fait, parce que Stefano Okaka est aussi impressionnant.

La comparaison entre Dendoncker et Badji vaut aussi pour Frank Acheampong et Ibrahima Conte. Quand Conte est sur le terrain, il y souvent peu de menace pour l'adversaire. Avec un Acheampong en forme, c'est complètement différent. On peut en parler à Thomas Meunier...Si Bruges continue à ne miser que sur sa grinta, illustrée par l'engagement de Timmy Simons, ça risque d'être trop juste au final. Point de vue foot, l'équipe de Michel Preud'homme propose trop peu de bonnes choses. Avec le Club, le tempo est souvent élevé, mais une fois qu'ils sont en possession de ballon, c'est assez maigre.

Maintenant, Genk revient dans le parcours. Et là aussi, il y a plein d'entrain. Peter Maes est plus que jamais un pitbull, il ne va rien lâcher, il vise la troisième place et pourquoi pas même mieux que ça ? Bruges va dans le Limbourg ce mercredi et tout peut encore se passer en cas de victoire de Genk. C'est l'équipe qui tourne, ça dure depuis le mercato de janvier qui a été le plus réussi de la D1.

Malheureusement, là-bas comme ailleurs, c'est plus la façon de se défoncer qui fait la différence et permet des résultats. Pas le beau jeu. Après un tiers des play-offs, tout le monde voudrait que le futur champion montre enfin quelque chose d'intéressant. J'ai beau retourner les noyaux concernés dans tous les sens, je ne vois qu'Anderlecht pour y arriver. Si tu ne sais pas le faire avec des individualités pareilles, avec un Defour, avec un Tielemans, avec un Okaka, avec un Dennis Praet, c'est quand même fort malheureux.

Nos partenaires