Marc Degryse
Opinion

07/08/18 à 13:45 - Mise à jour à 13:58

Anderlecht 2.0, c'est bien plus que Santini - Dimata

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, Anderlecht est redevenu une société qui rigole et qui dégage de la bonne humeur, de l'optimisme, de l'enthousiasme.

Anderlecht 2.0, c'est bien plus que Santini - Dimata

Ivan Santini et Landry Dimata : un duo du tonnerre ! © BELGA

D'abord un mot sur cette période de transferts qui n'en finit pas. Et un joueur pour illustrer cette situation malsaine qu'il faut modifier au plus vite : Wesley. La phase qui provoque son exclusion à Mouscron est révélatrice de la nervosité de gars qui ont un transfert en tête et qu'on met quand même sur le terrain. À Bruges, il y a aussi Abdoulay Diaby et Anthony Limbombe qui sont sur le point de s'en aller. Eux, ils ne sont pas alignés. Ce n'est pas normal non plus parce que le Club continue à payer des joueurs qui n'apportent rien. Bref, il faut que l'UEFA prenne des mesures. La fédération anglaise a raccourci sa période de transferts, et si les autres fédés ne suivent pas spontanément, il est nécessaire que l'UEFA prenne une fois pour toutes les choses en mains. Les noyaux doivent être définitifs quand le championnat commence, point à la ligne.

Il y a juste un an, c'est à Anderlecht qu'on avait un symbole du même style. Leander Dendoncker traînait son ennui et sa déception sur le terrain parce qu'il voulait partir. Aujourd'hui, il y a là-bas Adrien Trebel qui parle de s'en aller éventuellement, et d'ailleurs ce serait une mauvaise chose pour le Sporting parce que Trebel en est un des moteurs. Mais lui, il ne fait pas la tête, il joue au foot. Il est à l'image de l'équipe et du club dans son ensemble. Anderlecht est redevenu une société qui rigole et qui dégage de la bonne humeur, de l'optimisme, de l'enthousiasme.

Ce serait marrant de mettre en parallèle des photos de la direction actuelle et de l'ancienne équipe dirigeante. On passerait du blanc au noir. Aujourd'hui, on voit un Marc Coucke qui se marre, qui fait un high five quand les Mauves marquent un but. Pendant une quinzaine d'années, on a eu une tribune d'honneur figée, avec des hommes qui avaient le masque en permanence. Le duo Roger Vanden Stock - Herman Van Holsbeeck n'irradiait pas, c'est le moins qu'on puisse dire. À côté d'eux, Philippe Collin ne faisait pas mieux. Ils étaient inertes, il n'y avait pas d'expression sur leurs visages, que ce soit en cas de défaite ou de victoire. Pour retrouver la trace d'un Vanden Stock expressif, je pense qu'il faut remonter au fameux match à Courtrai, où les supporters anderlechtois sifflaient René Weiler. Ce jour-là, le président avait montré des émotions.

Partager

" Vanden Stock, Van Holsbeeck et Collin étaient inertes, que ce soit en cas de défaite ou de victoire. Coucke fait un high five quand Anderlecht marque. "

Marc Coucke a clairement décidé de faire revivre le Sporting. Dans les tribunes de supporters, ça n'a pas encore tout à fait pris, il faudra encore du temps pour balayer les vieilles habitudes. Derrière les buts, on ne voit toujours pas la folie qui caractérise quelques autres stades belges. Par contre, sur le terrain, ça prend, le plaisir revient, les sourires sont à nouveau là. Pour Hein Vanhaezebrouck, gagner ne suffit pas. Il veut prendre des points en y mettant la manière. Évidemment, Anderlecht n'a encore joué que contre Courtrai et Ostende. Mais les chiffres sont là, neuf buts marqués et une tonne d'occasions.

En parlant de sourires, la scène du penalty avec Ivan Santini et Landry Dimata est aussi révélatrice. Ils font un pierre / papier / ciseaux pour savoir qui va le tirer, c'est magnifique. Ils s'amusent, et à côté de ça, ils sont super efficaces. Santini débarque discrètement et il claque directement deux hat-tricks. Il n'a eu besoin que de quelques minutes sur le terrain pour se faire adopter par le public. Parce qu'il est bon, parce qu'il est intéressant dans ses propos et parce qu'il a un comportement général que les gens aiment. On peut se rappeler l'époque pas lointaine où Anderlecht jouait ses matches avec Silvère Ganvoula et Lukasz Teodorczyk devant. Point de vue efficacité, ça n'a rien à voir. Point de vue comportement non plus. Le Polonais qui ne parlait à personne et faisait la tête en permanence a été remplacé par un Croate qui a la banane.

Pour le moment, ma seule réserve concernant Anderlecht est sa défense. Comme je l'ai dit, les Mauves n'ont affronté que Courtrai et Ostende, mais dans les deux matches, ils ont encaissé. Je ne sais pas ce que ça donnerait contre un favori du championnat. Coucke parle de faire venir un renfort pour sa ligne arrière. Ce ne serait pas du luxe.

Nos partenaires