West Ham: l'imprévisibilité est reine

02/10/15 à 09:30 - Mise à jour à 01/10/15 à 15:52

Source: Sportmagazine

Le club a réalisé de gros investissements en prévision de son déménagement au stade olympique.

West Ham: l'imprévisibilité est reine

Dimitri Payet a été transféré de l'Olympique de Marseille pour quinze millions. Il est déjà une star chez les Hammers. © AFP

Cette saison, West Ham est totalement imprévisible. Qualifié pour l'Europa League sur base d'un passé disciplinaire impeccable, il a été éliminé au troisième tour préliminaire par Astra Giurgiu. Ensuite, en championnat, il s'est successivement imposé sur les terres d'Arsenal, de Liverpool et de Manchester City mais a été battu à domicile par Bournemouth et Leicester City!

L'année dernière, l'équipe était bien brave mais maintenant elle a déjà pris six cartes rouges. L'année dernière, West Ham trouvait difficilement le chemin des filets, son jeu était même ennuyeux. Cette fois, il a marqué autant de buts en six matches de championnat que l'année dernière en quinze...

L'explication: un nouveau coach et une flopée de nouveaux footballeurs. L'entraîneur, c'est Slaven Bilic, l'expansif Croate. Ancien joueur du club, il succède à Sam Allardyce, en poste à Upton Park les quatre dernières saisons. Un manager un peu monotone, prévisible. Bilic a changé tout. Son jeu de contre est idéal en déplacement face aux ténors. A domicile, toutefois il connaît moins de succès. On adresse deux reproches au nouveau coach: il transmet un peu trop son enthousiasme à l'équipe, d'où l'avalanche de cartons. Ensuite, au Besiktas, son employeur précédent il n'a jamais gagné de matches au sommet.

Il n'a, ainsi, pas remporté un seul des derbies d'Istanbul contre Fenerbahçe et Galatasaray. A quatre reprises aussi, un de ses joueurs a été exclu. La Turquie lui reprochait aussi de jouer trop prudemment mais après six journées, West Ham possède la meilleure attaque. Dimitri Payet (28 ans), l'attaquant issu de Marseille, joue un rôle-clef. Transféré pour 15 millions d'euros, il est immédiatement devenu une star.

Ces succès contre des grands ont permis à West Ham de rejoindre le subtop. Ce n'est pas étonnant compte tenu des investissements réalisés cet été: près de 55 millions d'euros, ce qui va porter la perte annuelle à 20 millions. Motif ? Les propriétaires Gold et Sullivan veulent posséder une équipe costaude au moment d'emménager dans le nouveau stade, au début de la saison prochaine.

West Ham va alors jouer dans le stade olympique. Cela suscite d'ailleurs des remous en coulisses car des groupes d'activistes veulent qu'on rende publics tous les détails financiers du déménagement : après tout, le stade a été érigé avec l'argent des contribuables.

Suite à ces transferts et aux salaires à payer, West Ham a atteint le plafond autorisé par la Premier League. S'il veut acheter des joueurs en janvier, il devra d'abord en vendre.

Par Peter T'Kint

En savoir plus sur:

Nos partenaires