Sur les traces de Ramsey, l'une des menaces galloises

12/06/15 à 09:30 - Mise à jour à 09/06/15 à 18:57

Source: Sportmagazine

The Caerphilly Messi, The Welsh Wizard, The Prince of Wales, The Welsh Maradona ou tout simplement Rambo: ce sont quelques-uns des surnoms de l'attaquant des Gunners et du Pays de Galles Aaron Ramsey.

Sur les traces de Ramsey, l'une des menaces galloises

Vainqueur de la FA Cup avec Arsenal, Ramsey a inscrit 10 buts et delivré 8 assists pour les Gunners cette saison. © AFP

Croeso i Gymru. Bienvenue au Pays de Galles, un pays fier de son identité et de sa langue incompréhensible. " Plus de 600.000 personnes -sur 3 millions d'habitants- la parlent et ils sont de plus en plus nombreux ", dit Barry, patron du PontygwindyInn, un café de Caerphilly, ville de 30.000 habitants au sud du Pays de Galles.

Le café est plein. Quatre écrans de télévision diffusent le match entre le Bayern et Barcelone mais personne ne regarde. Le mardi, Barry organise un quizz mais avant cela, il veut savoir ce qu'un Belge vient faire là. " Vous êtes à la recherche des racines d'Aaron Ramsey? Il a grandi ici. "

Il se saisit d'un stylo et d'un papier, se faufile entre les tables et revient cinq minutes plus tard avec une liste de noms et de numéros de téléphone. " Ces gens ont bien connu Aaron. Appelez-les de ma part. " Pas question, toutefois, de nous donner l'adresse de la maison natale de Ramsey. " Ses parents sont très discrets et n'aiment pas la publicité. C'est quelque part du côté du club de rugby. "

Caerphilly, à l'extrême sud de la jolie Rhymney Valley, est dominée par un château du 13e siècle -le deuxième plus vieux du Royaume Uni. " Il fait bon vivre ici ", dit Terry Phillips, journaliste au South Wales Echo.

" Aaron Ramsey parle la langue et est un patriote engagé. Il est souvent en ville et passe régulièrement dire bonjour dans son ancienne école. Il n'a pas oublié ses racines et, pour les gens d'ici, c'est très important. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il est plus populaire que Gareth Bale, qui passe le plus clair de son temps à Madrid, mais il est plus accessible.

Barrie écoute attentivement. " Lundi soir, ici, nous étions près de cent à regarder Arsenal - Swansea. Devions-nous supporter l'équipe d'Aaron ou Swansea, seul club gallois de Premier League après la rétrogradation de Cardiff ? "

Phillips tempère toutefois: " Le rugby reste, de loin, le sport le plus populaire au Pays de Galles. C'est une affaire d'état. Les jours de match du tournoi des Six Nations, il n'y a personne en rue. L'équipe nationale de football va un peu mieux ces dernières années mais sans plus. "

Caerphilly Rugby Football and Rugby Club, Virginia Close 1: une rue sans issue qui fut, jadis, le terrain de jeu d'Aaron Ramsey à Virginia Park. L'entrée est abîmée mais les règles sont strictes: celui qui laisse son chien faire ses besoins sur le terrain de football ou de rugby risque une amende de 1000 Livres (1395 euros). " Aaron s'est entraîné ici, c'est vrai ", dit un vieil homme qui doit être le concierge. Puis il hausse les épaules et nous referme la porte au nez.

Un peu plus loin, près du club de golf, on trouve Caerphilly Leisure Centre, où Ramsey a commencé à faire parler de lui. " Nous nous entraînions chaque lundi soir ", dit Gary Lewis, alors sports development officer à l'Urdd Welsh Language Movement, le mouvement de jeunesse le plus important du pays. " Un jour, Aaron est entré. Il était costaud, ne cessait de réclamer le ballon et montrait de belles choses. Il était nettement au-dessus du lot. "

" Après son premier entraînement, j'ai demandé à Marlene, sa mère, s'il pouvait jouer avec les U8 le week-end. Elle m'a répondu qu'il n'avait que six ans. Comme il fallait sept ans pour s'entraîner, j'ai dû lui dire qu'il ne pouvait momentanément plus venir. Il est revenu le jour de ses sept ans. "

Par Chris Tetaert

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Aaron Ramsey dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires