Romario se félicite du "coup de pied aux fesses" au "corrompu" Valcke

18/09/15 à 17:43 - Mise à jour à 17:42

Source: Belga

L'ex-star du football brésilien Romario s'est félicité vendredi du "coup de pied aux fesses" infligé au "corrompu et maître-chanteur" Jérôme Valcke, écarté jeudi du poste de N°2 de la FIFA.

Romario se félicite du "coup de pied aux fesses" au "corrompu" Valcke

© REUTERS

"Ca, c'est pour tous les Brésiliens. Cette grande gueule, ce corrompu et maître-chanteur de secrétaire de la FIFA, Jérôme Valcke, a pris un coup de pied aux fesses", s'est réjoui Romario sur son compte Facebook jeudi soir. Le "Baixinho" fait ainsi référence à une polémique lancée par M. Valcke avant le Mondial-2014, quand il avait pressé les organisateurs brésiliens de "se mettre un coup de pied aux fesses" pour rattraper les retards dans l'organisation de la compétition.

Cette sortie avait profondément irrité au pays du "futebol" et le patron de la FIFA, Joseph Blatter, avait dû présenter ses excuses à la présidente du Brésil, Dilma Rousseff.

Le secrétaire général de la FIFA, le Français Jérôme Valcke, a été relevé de ses fonctions jeudi après avoir été accusé par la presse anglaise d'être impliqué dans un système de revente massive de billets au marché noir lors du Mondial-2014.

M. Valcke "a été l'interlocuteur du Brésil pour la FIFA durant la préparation de la Coupe du monde 2014. Nous avons supporté l'arrogance de ce bandit, alors que j'ai protesté à de nombreuses reprises pour que le gouvernement prenne une position ferme et n'accepte pas ce type comme interlocuteur", a poursuivi l'ancien joueur.

Romario, désigné meilleur joueur du Mondial-1994 par la FIFA, est un fervent critique tant de cette puissante Fédération internationale que de la Confédération brésilienne du football (CBF). Aujourd'hui sénateur socialiste, Romario préside une Commission d'enquête parlementaire (CPI) sur la gestion de CBF, depuis que son ancien président, José Maria Marin, a été arrêté en Suisse dans le cadre d'une enquête judiciaire sur des soupçons de corruption au sien du football mondial.

"Ca n'est pas pour autant que la FIFA est un exemple (...), ils devraient auto-imploser et recommencer à zéro. Mais la chute de Valcke, à cause de ce scandale sur les entrées, renforce encore la CPI sur le football", a-t-il conclu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires