Roberto Martinez présente la demi-finale face à la France comme une "opportunité unique"

09/07/18 à 19:18 - Mise à jour à 19:21

Source: Belga

"C'est une opportunité unique pour l'équipe et pour le football belge", a déclaré le sélectionneur fédéral Roberto Martinez lundi en conférence de presse, à la veille de la demi-finale de la Coupe du monde qui opposera les Diables Rouges à la France mardi à Saint-Petersbourg.

Roberto Martinez présente la demi-finale face à la France comme une "opportunité unique"

Roberto Martinez © Belga

"C'est une récompense pour le travail effectué ces deux dernières années. C'est encore plus spécial d'être en demi-finales face à la France. Nous sommes très excités quand à la récompense que ce match peut nous apporter".

La Belgique s'est qualifiée pour les demi-finales en créant l'exploit face au Brésil en quarts de finale. Martinez a à cette occasion changé ses plans en défense. "Une défense à trois, c'est toujours un système très dangeureux", estime le coach des Diables Rouges. "On se retrouve souvent en situation de un contre un. C'est pourquoi nous sommes passés à une défense à quatre contre le Brésil et contre le Japon à certains moments. Les joueurs ont assimilé ce système très vite, cela me fait plaisir".

Les Diables ne risquent-ils pas de décompresser après leur performance face aux quintuples champions du monde? "Etre en demi-finale du Mondial, c'est un moment unique dans une carrière", dit Roberto Martinez. "C'est impossible de décompresser. On sait qu'il faudra rester concentré pendant 90 minutes face à la France, car ils ont des individualités qui peuvent faire basculer le match en une action. Mais les joueurs en sont conscients. Ce qu'on a fait contre le Brésil ne nous aidera pas sur le terrain".

Le T3 des Diables, Thierry Henry, se retrouvera sur le banc des adversaires de l'équipe de France, dont il est le 2e joueur le plus sélectionné. "Thierry Henry nous a rejoints il y a deux ans. Il avait l'expérience des victoires dans les grandes compétitions, et cela nous manquait. C'était la dernière pièce du puzzle".

Nos partenaires