RCD Espanyol : pas de politique SVP !

02/11/17 à 12:00 - Mise à jour à 31/10/17 à 14:37

Source: Sportmagazine

L'Espanyol, le deuxième club de Barcelone, est très discret à propos de la question catalane.

RCD Espanyol : pas de politique SVP !

L'Espanyol a décidé de ne pas se mouiller politiquement. © Mutsu Kawamori/AFLO

Alors que le FC Barcelone soutient clairement " le peuple et les institutions " de Catalogne, le RCD Espanyol reste étonnamment discret. On n'a guère vu de messages politiques à El Prat et si ça ne tient qu'au club, rien ne changera. Celui-ci estime que la politique est du ressort des politiciens, non des sportifs.

Le 11 septembre, le jour de la fête de la Catalogne, Ramon Robert, l'administrateur-délégué du RCD Espanyol, a déclaré à la presse : " Nous sommes un club sportif, nous ne nous mêlons pas de politique. Nous oeuvrons à notre projet, à notre développement. "

Gerard Figueras, responsable du sport au sein du gouvernement catalan, a mis le deuxième club barcelonais sous pression : " Nous respectons la position de l'Espanyol mais nous attendons évidemment de lui qu'il revoie son opinion. Je lui demande d'imiter les autres clubs de Catalogne. "

La semaine passée, les supporters de l'Espanyol se sont manifestés. Les principaux clubs de supporters ont publié un manifeste titré " pour un stade bleu et blanc ". Les Pericos y font part de leurs soucis quant à la situation politique mais demandent à ce qu'on ne porte que les couleurs du club, le bleu et le banc, dans le stade, " parce qu'elles nous unissent ".

Plusieurs penas de Barcelone - c'est ainsi qu'on appelle les associations de supporters en Espagne - partagent ce point de vue. La peña d'Elda, une commune de la province d'Alicante, a ainsi déclaré la semaine passée qu'elle ne voulait plus faire partie du FC Barcelone à cause des positions politiques du club. Les blaugranas craignent maintenant que d'autres clubs de supporters situés en dehors de la Catalogne ne suivent l'exemple d'Elda. Soyons clairs : l'histoire est loin d'être terminée.

Par Steve Van Herpe

Nos partenaires