Lucas Hernandez, le choix du coeur?

27/03/18 à 10:02 - Mise à jour à 14:05

Longtemps annoncé comme un futur joueur de la sélection espagnole, Lucas Hernandez a finalement opté pour l'équipe de France. Et il semblerait qu'il ait une carte à jouer à son poste.

Lucas Hernandez, le choix du coeur?

Lucas Hernandez a finalement opté pour l'équipe de France. © ISOPIX

"L'Espagne m'a tout donné, je me considère comme un Espagnol. Je parle mieux espagnol que français, en disant ça, j'ai tout dit ", clamait Lucas Hernandez au début du mois de mars, au micro de la chaîne TVE. Le défenseur de l'Atletico Madrid semblait alors avoir fait son choix. Il ne faisait plus aucun doute qu'il allait porter le maillot espagnol et cela confirmait les informations avancées par plusieurs médias hispaniques et français quelques semaines plus tôt.

"La naturalisation de Lucas Hernandez serait en cours de finalisation ", titrait France Football à la fin du mois dernier. Dans le même temps, Marca affirmait que Fernando Hierro, le directeur sportif de la fédération espagnole, s'était personnellement emparé du dossier.

"Je n'ai pas hésité une minute"

Et pourtant, la situation est tout autre aujourd'hui. Le 15 mars dernier, Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, surprend son monde. Dans la liste pour les deux rencontres amicales face à la Colombie et la Russie figure deux néophytes : Wissam Ben Yedder et Lucas Hernandez. Si la convocation de l'attaquant de Séville relève de la logique au vu de ses performances actuelles, celle du joueur formé en Espagne est inattendue, notamment depuis ses récents propos. Et contrairement à son frère Théo -il ne s'était pas rendu à un rassemblement des Bleus avec les Espoirs- Lucas s'est bien présenté à Clairefontaine. "Je suis fier de pouvoir représenter mon pays", écrivait-il sur Twitter, peu de temps après avoir appris sa convocation. Mieux : vendredi, face à la Colombie, l'aîné des frères Hernandez a connu son baptême du feu puisqu'il a remplacé Lucas Digne à la 76e minute de jeu.

Le néo-international français semble donc avoir changé son fusil d'épaule. "Quand tu n'as pas de nouvelles, que tu ne sais rien, cela te fait penser à des choses. Mais quand c'est le coach qui t'appelle, qu'on te dit que l'on compte sur toi, il n'y a même pas à réfléchir, justifie-t-il en conférence de presse, quand le coach m'a demandé ce que j'allais faire, je n'ai pas hésité une minute, ni trente secondes !". Quelques semaines auparavant, son avenir paraissait pourtant encore lié à la Roja mais l'intéressé insiste: "Ma décision a été prise il y a longtemps. Je suis fier d'être bleu et porter ce maillot".

Du côté espagnol, on a également réagit à ce feuilleton. "Il n'est pas sélectionnable par l'Espagne. Il a choisi la France et il est très heureux d'y aller", confiait dans la semaine Julen Lopetegui devant plusieurs journalistes. L'Espagne semble donc avoir définitivement fait une croix sur Lucas Hernandez. Et cela même s'il n'a pas encore enfilé le maillot français en match officielle, et peut donc encore modifier son choix.

En route pour la Coupe du Monde ?

Peu de temps après sa convocation en Bleus, certaines rumeurs circulaient dans les médias français. L'une d'entre elles pourrait expliquer ce revirement de situation : le défenseur aurait obtenu de la part du sélectionneur, l'assurance de participer au prochain mondial sous le maillot tricolore. Ce que l'intéressé nie en bloc. "C'est faux. Aucun joueur n'est sûr de ça, c'est à nous de faire le boulot ", glisse-t-il.

Une chose est certaine : Lucas Hernandez a clairement une carte à jouer sur le flanc gauche de l'équipe de France. Benjamin Mendy de retour de blessure, Lucas Digne remplaçant à Barcelone, Layvin Kurzawa en méforme, Patrice Evra en fin de carrière, le latéral gauche de l'Atletico Madrid pourrait en profiter pour participer à la Coupe du Monde sous le maillot frappé du coq.

Sébastien Gobbi

Nos partenaires