Liverpool assomme Manchester City, Barcelone déroule face à l'AS Rome

05/04/18 à 09:11 - Mise à jour à 09:11

Liverpool s'est imposé 3-0 face à Manchester City, avec Vincent Kompany et Kevin De Bruyne, en quarts de finale aller de la Ligue des Champions mercredi soir et prend une sérieuse option sur la demi-finale. Barcelone a également cartonné avec une victoire 4-1 face à l'AS Rome.

Liverpool assomme Manchester City, Barcelone déroule face à l'AS Rome

Liverpool assomme Manchester City © BELGAIMAGE

Dans un stade d'Anfield en ébullition, Liverpool mettait directement Manchester City, qui alignait Vincent Kompany et Kevin De Bruyne, sous pression. Les joueurs de Jurgen Klopp réalisaient une première période parfaite en inscrivant trois buts en 20 minutes. L'inévitable Mohamed Salah profitait d'une approximation dans la défense des Citizens pour ouvrir la marque (12e). Alex Oxlade-Chamberlain d'un boulet de canon (21e) et Sadio Mané de la tête (31e) mettaient les Mancuniens à genoux.

En deuxième période, les joueurs de Pep Guardiola avaient la maitrîse du ballon mais ne parvenaient pas à amener le danger devant le but de Karius et terminaient la partie avec 0 tir cadré. Un coup dur pour Manchester City avant la réception de Manchester United samedi. Une victoire des Citizens dans le derby leur offrirait le titre de champion d'Angleterre.

Sans Radja Nainggolan, touché à la cuisse contre Bologne le week-end dernier, l'AS Rome a manqué de chance sur le terrain de Barcelone. Si les Catalans dominaient les débats, ce sont De Rossi (39e) et Manolas (55e) qui déviaient malencontreusement le ballon dans leur propre but pour donner deux buts d'avance au Barça. Quelques secondes plus tard, Piqué était au bon endroit pour inscrire le 3-0 (59e). Dans le dernier quart d'heure, Dzeko profitait d'un relâchement de Barcelone pour réduire le score (80e) mais Suarez (87e) redonnait trois buts d'avance aux Catalans en vue du match retour qui aura lieu le mardi 10 avril à Rome.

Guardiola : "Nous allons essayer de nous convaincre que nous pouvons passer"

City a concédé les trois buts dans la première demi-heure. "On est arrivé avec une grosse personnalité, dès le début, mais ils ont marqué", a regretté Guardiola. "On a continué à jouer, mais ils ont marqué encore deux buts de plus. C'est dur. En seconde période, nous avons tout tenté. Je n'ai pas beaucoup de regrets. Ils ont eu deux occasions et ont marqué deux buts. C'était dur, mais le reste du match, nous avons été très bons. On avait besoin d'un but, on ne l'a pas marqué."

City est désormais contraint à l'exploit au match retour. "C'est dur mais nous y croyons. Personne ne pense que nous allons passer, nous allons essayer de nous convaincre demain (que nous pouvons le faire). Je n'ai pas le sentiment que nous avons joué pour concéder ce résultat. Nous devons rester nous-mêmes. C'est ce que je dis à mes joueurs. Je changerai peut-être d'avis demain en regardant à nouveau le match, mais je n'ai pas le sentiment que le match était un désastre. On va voir comment ça se passe dans six jours, mais c'est sûr que ne pas avoir marqué est très important."

Jürgen Klopp : "Nous avons battu la meilleure équipe du monde"

"Cela a été deux périodes différentes", a analysé l'entraîneur allemand. "Très actif, engagé, quasi parfait dans la première. Nous avons marqué trois buts fantastiques. Dans la seconde, il aurait fallu jouer plus au football, j'espère que c'est clair. Mais le résultat est le plus important. C'est mieux que d'avoir trois buts de retard. Manchester City va vouloir riposter maintenant. On ne peut pas être dominateur contre City pendant 90 minutes."

Klopp a mis en garde ses joueurs contre un excès de confiance. "Je ne fais pas de comparaison, cela ne m'intéresse pas d'être meilleur que Manchester City, ce qui m'intéresse c'est d'aller en demi-finale. Et ils ont encore leurs chances de passer. 3-0, c'est mieux que 1-0 ou 2-0, mais ce n'est pas décidé. Personne n'a dansé dans le vestiaire. C'est 180 minutes (un quart de finale). Il faut faire la fête quand la fête commence, pas quatre semaines avant."

"Nous avons battu la meilleure équipe du monde, c'est une belle performance. C'est rare, ils sont tellement bons", a conclu Klopp.

Eusebio Di Francesco : "Un résultat injuste"

"Le retour va être difficile parce que le Barça est une équipe solide, qui a un peu été aidée par l'arbitre", a déploré l'entraîneur romain en faisant référence aux penalties réclamés par son équipe. "Je crois qu'il y avait penalty sur Dzeko et sur Pellegrini. Le Barça est très fort et nous avons été un peu naïfs, on ne peut pas dire que l'arbitre est responsable, mais il ne nous a pas favorisés."

Malgré une bonne première période, la Roma a été menée au score après un autogoal de De Rossi. En début de seconde période, c'est Manolas qui a trompé son propre gardien. "Notre attitude a été bonne en première période, nous avons marqué contre notre camp et nous nous sommes retrouvés menés 3-0 quasiment sans nous en rendre compte. C'est sûrement un résultat injuste quand on voit ce qu'a montré l'équipe. Nous avons eu des occasions, ce résultat ne reflète pas ce qui s'est produit sur le terrain, mais j'apprécie notre courage, notre force, notre envie d'être là. Nous voulons continuer à rêver (d'une qualification). Le match retour favorise le Barça mais je veux que mon équipe fasse un bon match devant notre public."

Ernesto Valverde ne se voit pas encore en demi-finale

"C'était un match compliqué, difficile, l'adversaire faisait un bon pressing haut et cela nous a empêché d'avoir de la continuité dans notre jeu", a analysé Valverde. "Parfois, nous nous sommes trop précipités en attaque au lieu de garder le contrôle. En seconde période, le match a été plus ouvert et nous avons réussi à marquer. C'est là que la Roma a poussé et c'est comme ça qu'est intervenu leur but. Ce n'est pas plus mal d'avoir réussi à marquer le quatrième."

Un but, signé Suarez, qui ouvre déjà les portes des demi-finales? "Ah non, pas du tout, je ne me vois pas encore en demi-finale. L'adversaire a démontré avoir une excellente équipe et il nous reste un match à jouer là-bas. Rien n'est fait. Nous ne savons pas ce qui peut arriver au retour, peut-être qu'ils auront plus de précision et nous devons y être préparés", a prévenu Valverde.

Belga-AFP

Nos partenaires