Ligue des Champions: Sergi Roberto, de la Masia à la "remuntada"

11/04/17 à 14:30 - Mise à jour à 10/04/17 à 15:45

Source: Afp

Formé comme milieu à la Masia barcelonaise, Sergi Roberto s'est imposé au Barça en se réinventant latéral droit. Et c'est à ce poste improvisé que le héros de la "remuntada" face au PSG défie la Juventus ce soir en quarts de Ligue des champions.

Ligue des Champions: Sergi Roberto, de la Masia à la "remuntada"

Sergi Roberto, avec Lionel Messi. © Reuters

Pur produit d'une formation... qui se tarit

Avec le Brésilien Rafinha, Sergi Roberto est l'un des derniers rejetons du prestigieux centre de formation barcelonais, la Masia, qui a enfanté tant de stars: Lionel Messi, Andres Iniesta, Gerard Piqué, Xavi Hernandez...

Mais le flux de joueurs s'est quelque peu tari ces dernières saisons, et le natif de Reus, près de Tarragone, a mis du temps à s'imposer au sein de l'équipe première. Avec les recrutements de stars comme Neymar ou Luis Suarez, ou de joueurs d'avenir comme Samuel Umtiti ou André Gomes, le FC Barcelone a paradoxalement bouché l'horizon de ses joueurs du cru.

Définitivement intégré à l'équipe première en 2013, Sergi Roberto a dû attendre trois ans pour devenir titulaire: ce milieu relayeur tonique et technique (1,78 m, 68 kg) était barré dans l'entrejeu par le trio Iniesta-Busquets-Rakitic, qui a conduit le Barça vers la victoire en finale de la Ligue des champions 2015 contre la Juventus Turin (3-1).

Seule solution pour lui: accepter de s'exiler sur le flanc droit de la défense, un poste où le Barça avait peu de vivier.

"C'est vrai que c'est une position nouvelle pour moi, en latéral. Mais ce que je voulais, c'était jouer ici, au Barça, cela a toujours été mon rêve", a expliqué le jeune milieu catalan, âgé de 25 ans.

Un milieu devenu défenseur, malgré lui

Avec le départ l'été dernier du Brésilien Dani Alves pour la Juve, Sergi Roberto est devenu indiscutable dans sa nouvelle position, d'autant que son remplaçant Aleix Vidal est blessé.

Artisan de cette mue, l'entraîneur barcelonais Luis Enrique ne cesse de vanter l'adaptabilité et l'intelligence de jeu de son protégé, capable d'avoir occupé jusqu'à sept postes différents sous le maillot barcelonais!

"Dans une équipe comme la nôtre, à part gardien, il pourrait jouer dans n'importe quelle position", a souligné un jour le technicien blaugrana, qui l'avait dirigé avec la réserve du club.

Coller au tempérament très offensif des latéraux barcelonais n'est pas simple pour le N.20 du Barça, qui doit apporter offensivement... sans trop se découvrir en défense sur une aile droite souvent désertée par Messi.

"Je m'habitue à jouer latéral", a commenté l'intéressé. "Je suis en train d'apprendre les mouvements à effectuer en défense comme en attaque et je commence à y prendre goût."

Cet apprentissage n'est néanmoins pas sans heurts. Citons sa relance manquée qui coûte un but contre Manchester City à l'automne (défaite 3-1), ou bien ce carton rouge évitable en février contre l'Atletico Madrid en Coupe du Roi (1-1) qui lui vaudra d'être suspendu pour la finale...

Après la "remuntada", un nouveau défi

Dans sa trajectoire ascendante, Sergi Roberto a été propulsé sur le devant de la scène le 8 mars dernier.

Entré en jeu en fin de match au Camp Nou, il s'est jeté dans les ultimes secondes pour catapulter au fond le ballon et inscrire le but décisif face au Paris SG. Et il a parachevé l'un des plus grands exploits de l'histoire du football européen, la "remuntada" catalane en huitièmes retour de C1 (0-4, 6-1).

"Sur le but, je me suis jeté sans arrière-pensées", a réagi l'international espagnol (3 sélections). "Tout ce qui s'est passé est incroyable."

Déjà vainqueur de deux C1 avec le Barça en 2011 et 2015, Sergi Roberto sait néanmoins que la route vers le sacre européen est encore longue. Et ce défi passe mardi par Turin, où le tout frais latéral aura l'occasion de mesurer ses progrès face à son prédécesseur Dani Alves, l'une des références mondiales du poste.

Nos partenaires