Les U17 renversent la Croatie et les statistiques

15/05/15 à 18:32 - Mise à jour à 21:39

Source: Sportmagazine

Ils étaient peu à les attendre en quart de finale et encore moins nombreux à les voir battre la Croatie. À vrai dire, les joueurs eux-mêmes avaient du mal à y croire. Et pourtant, après 80 minutes et une séance de penalties tout en maitrise, les petits belges vont à Santiago.

Les U17 renversent la Croatie et les statistiques

© capture d'écran

Au Chili, pour y disputer la Coupe du monde des moins de 17 ans qui aura lieu à l'automne. Et ce n'est pas tout, mardi, ils auront rendez-vous avec la France ou l'Italie en demi-finale. Rien que ça. Ils l'ont fait ! Annoncés perdant par l'ensemble de la cohorte médiatico-sportive qui entoure ce 14e championnat d'Europe des moins de 17 ans organisé, comme toujours, en grande pompe par l'UEFA, les hommes de Bob Browaers ont été chercher avec leurs tripes leur billet qualificatif pour les demi-finales. Soutenus par un public parsemé, mais presque entièrement acquis à la cause belge, les mini-Diables se sont d'abord arrachés pour revenir au score. Menés 1-0 à la mi-temps suite à l'ouverture du score croate, les Diables semblaient pourtant bien mal embarqués. D'autant plus si on avait le malheur de se fier aux statistiques. Six matchs et plus de 500 minutes, c'était l'incroyable durée d'invincibilité du gardien croate avec sa sélection.

Et pourtant. À la 53e minute, une longue balle de Matisse Thuys mal réceptionnée par la défense croate offrait à Ismaël Azzaoui le but de l'égalisation. La pichenette du meilleur buteur belge dans cet Euro (3réalisations) faisait le reste. La Belgique avait vaincu les statistiques. La suite ? 27 minutes d'un stress palpable, deux équipes qui s'observent plus qu'elles ne s'affrontent et une séance de tirs au but tout en maitrise de la Belgique. Bien lancé par une envolée de Jens Teunckens sur le premier tir croate, les Diables n'ont ensuite pas tremblé. Après Christophe Janssens, c'est Dennis Van Vaerenbergh, puis Leenerder Daneels, Alper Ademoglu et enfin Ismaël Azzaoui qui venait crucifier ce fameux portier croate.

Par Martin Grimberghs en Bulgarie

En savoir plus sur:

Nos partenaires