Les témoignages d'affection affluent dans un Manchester inquiet pour Sir Alex

07/05/18 à 16:01 - Mise à jour à 16:01

Source: Afp

Dans un Royaume-Uni plongé dans l'angoisse après l'annonce de l'hémorragie cérébrale de Sir Alex Ferguson, Manchester United s'est réveillé ému lundi, remerciant chaleureusement pour leurs nombreux messages de soutien tous les adorateurs de son ex-entraîneur écossais qui s'accroche à la vie.

Les témoignages d'affection affluent dans un Manchester inquiet pour Sir Alex

Manchester City s'apprêtait à recevoir son trophée de champion d'Angleterre, quand des supporters sont entrés sur le terrain pour souhaiter un bon rétablissement à Ferguson. © ISOPIX

David Beckham, Wayne Rooney, Thierry Henry, la Fifa, le maire de Manchester, Cristiano Ronaldo, le grand rival Liverpool, et la plupart des actuels "Red Devils", l'équipe de baseball des Chicago White Sox, son ancien club Aberdeen: tous y sont allés de leur petite pensée pour l'ex-icône de de ManU âgée de 76 ans.

Tout le monde du football et au-delà a témoigné, alors que les journaux rappellent lundi, statistiques impressionnantes et photos à l'appui, les hauts faits d'armes de Sir Alex à la tête de Manchester United: 38 titres (dont 13 sacres en championnat et deux Ligue des champions) en 26 ans d'un règne commencé en 1986 et qui a pris fin en 2013.

"Manchester United tient à remercier ses amis de la grande famille mondiale du football pour les innombrables messages de soutien", écrit ainsi le club du nord de l'Angleterre, qui avait annoncé samedi soir que l'opération "s'était bien passée" et que le tempétueux Ecossais avait désormais "besoin de passer un moment en soins intensifs pour optimiser son rétablissement". Aucun bilan médical n'a été publié depuis. "En plus d'être au premier plan dans les pensées de nos propres joueurs, passés et présents, Sir Alex a fait l'objet de nombreux commentaires chaleureux et émouvants de la part d'autres clubs, instances dirigeantes et personnalités du beau jeu", poursuit ManU.

- Ami sur le tard -

Par la voix de leurs entraîneurs, Manchester City et Liverpool qui jouaient dimanche n'ont pas manqué de se mêler au concert. Pas plus que l'entraîneur d'Arsenal Arsène Wenger, son vieil ennemi. "Je lui souhaite un bon rétablissement", a ainsi déclaré le Français qui faisait justement ses propres adieux à domicile après avoir dirigé les Gunners pendant 22 ans. Une semaine plus tôt, c'est justement Sir Alex qui était venu lui remettre un vase en signe de paix et de respect mutuel pour son dernier déplacement à Old Trafford. "J'étais avec lui sur la pelouse. Après le match, je suis allé le voir dans les loges et il était en pleine forme. Il m'a dit qu'il faisait beaucoup d'exercice. Il avait l'air très heureux", a poursuivi Wenger, devenu son ami sur le tard.

"Vous ne pourrez trouver personne parmi les fans de Manchester City dans ce stade qui ne souhaite pas le meilleur pour cette incroyable personne", avait pour sa part assuré plus tôt Pep Guardiola, qui avait envoyé "un gros câlin" à Sir Alex.

"Je suis absolument dévasté, a réagi son ancien joueur Phil Jones. Je l'ai toujours vu comme une légende. Il m'a pris sous son aile comme un père, c'est choquant".

"Ces dernières décennies, il a été une personnalité unique et marquante du football. Nous sommes tous unis, nous lui souhaitons un prompt rétablissement", a poursuivi l'actuel Red Devil Juan Mata.

- "Sèche-cheveux" -

En attendant d'en savoir plus sur le rétablissement du légendaire Ecossais, les télévisions se pressent devant le Salford Royal Hospital, mais comme l'indique Sky Sports News, consultant neurochirurgien à l'appui, il ne reste plus maintenant qu'à attendre.

"Tout le monde le respecte pour ce qu'il a apporté à ce sport, témoignait pour sa part l'ex-star anglaise Bryan Robson. Tout le monde se souvient de lui comme du traitement +sèche-cheveux+ (en raison de ses colères mémorables hurlées au visage de ses joueurs, ndlr) mais le +boss+ sait profiter du moment et avec lui on passe toujours un moment en bonne compagnie".

Pourvu que ça dure encore un peu semble désormais prier une Angleterre surprise par l'opération d'un homme qui "se bat pour sa vie", constatent The Sun et The Times, d'un homme qui "fait partie de notre paysage footballistique et semblait indestructible, inattaquable", relève The Telegraph.

Nos partenaires