Le retard du football chinois imputé à sa Fédération par un dirigeant

09/08/17 à 10:35 - Mise à jour à 10:35

Source: Afp

Le football chinois souffre de la mauvaise gestion de sa Fédération a admis mercredi l'un de ses dirigeants dans des termes inhabituellement directs, assurant qu'il n'y avait "aucune vision, aucune anticipation".

Le retard du football chinois imputé à sa Fédération par un dirigeant

© Getty Images/iStockphoto

"Le retard du football chinois est principalement dû à la gestion de la Fédération chinoise de football (CFA), elle-même à la traîne", a déclaré Li Yuyi, vice-président de la CFA, sur la chaîne CCTV.

"Dans notre pays, on fait des va-et-vient pour communiquer et s'entretenir, et ça peut durer six mois. De cette manière, il n'y a aucune vision ni aucune anticipation", a-t-il ajouté.

Si le championnat chinois, la Chinese Super League (CSL), a fait récemment la une de la presse internationale pour ses transferts faramineux, l'équipe nationale stagne à une médiocre 77e place au classement Fifa, et n'a d'ores et déjà plus aucune chance de se qualifier pour le Mondial-2018.

Le président chinois Xi Jinping a pourtant établi comme objectif de faire de la Chine un grand du football mondial, investissant massivement dans ce secteur.

La CFA a été très critiquée cette saison par les supporters, les entraîneurs et les joueurs au sujet de nombreuses décisions.

En mai, dans une tentative de restreindre les dépenses, elle a annoncé une hausse de 100% des taxes sur les transferts de joueurs étrangers, pour des clubs déjà criblés de dettes. L'argent doit être dévolu au développement de la formation chinoise.

Andre Villas-Boas, entraîneur du Shanghaï SIPG, a déclaré ce week-end que cette politique a "énormément surpris" les clubs chinois, particulièrement discrets cet été sur le marché des transferts.

La CFA a également provoqué une levée de boucliers pour avoir prononcé de sévères sanctions à l'encontre de plusieurs joueurs, comme le Brésilien Oscar, recruté 60 millions d'euros par Shanghaï et suspendu huit matches pour avoir déclenché une bagarre sur le terrain.

Villas-Boas ainsi qu'un autre attaquant brésilien du club, Hulk, ont eux été suspendus deux matches quand ils ont fait connaître leur désaccord concernant cette décision.

Nos partenaires