Le Jour J des Diables est programmé, moi je suis Saint-Thomas

05/12/17 à 14:00 - Mise à jour à 13:55
Du Sport/Foot Magazine du 06/12/17

Pour Marc Degryse, le chroniqueur de Sport/Foot Magazine, c'est maintenant ou jamais pour cette génération de Diables.

Le Jour J des Diables est programmé, moi je suis Saint-Thomas

Le groupe de la Belgique. © belgaimage

Les Diables Rouges restent dans leur schéma des dernières années avec des groupes qualificatifs faciles et un tirage clément dans les tournois. Franchement, pouvaient-ils espérer mieux qu'un groupe avec l'Angleterre, la Tunisie et le Panama ? Non, évidemment. Des huit groupes de la Coupe du Monde, c'est le plus facile, parce que le plus faible.

Dans aucune autre poule, on ne peut désigner aujourd'hui les qualifiés pour les huitièmes de finale. Dans le groupe des Belges, ça ne peut pas faire un pli, les deux places pour les huitièmes sont promises aux Diables et aux Anglais. Pour les deux équipes, ne pas passer serait une honte.

C'est idéal de commencer contre le Panama. Face à un adversaire pareil, les qualités de notre équipe doivent ressortir. On a trop d'atouts pour ne pas les battre, ça doit être une bonne mise en jambes. Il doit y avoir cinq ans qu'on n'a plus perdu contre un petit pays. Ensuite, ça devrait déjà être un peu plus corsé contre les Tunisiens. Ils sont physiques, organisés, on sait déjà qu'ils ne feront pas une journée portes ouvertes. Ce match pourrait ressembler à notre première rencontre au Brésil, contre l'Algérie. Ce n'est pas facile, mais avec de la patience et de la puissance, on doit pouvoir s'en sortir. Là aussi, on a suffisamment de qualités pour trouver des solutions.

Partager

Des huit groupes de la Coupe du Monde, celui des Belges est le plus facile, parce que le plus faible.

Si la logique est respectée, on affrontera l'Angleterre pour la première place. Mais, paradoxalement, finir premier ou deuxième, ça ne devrait pas faire une différence énorme parce que tout n'est pas clair et prévisible dans le groupe d'où sortira notre adversaire en huitièmes de finale. C'est difficile de prévoir un classement en fin de phase de poules quand on a des pays comme la Pologne, la Colombie, le Sénégal et le Japon. Simplement, ce serait mieux pour la confiance de terminer en tête. Je n'ai pas oublié ce qui nous est arrivé aux Etats-Unis en 1994, avec notre défaite surprise contre l'Arabie Saoudite en dernier match de groupe.

De toute façon, on sait déjà que si les Diables ne vont pas en quarts de finale, surtout avec un tirage comme celui-là, cette Coupe du Monde sera un gros échec. Et là, en quarts, ce sera notre Jour J. Ça fait maintenant cinq ou six ans qu'on dit que cette équipe se prépare pour un rendez-vous de légende, et là, on devrait l'avoir. Si la logique est respectée, on affrontera donc l'Allemagne ou le Brésil. Deux prétendants plus que sérieux pour la victoire finale, et même si on dit que les Allemands ont un réservoir inépuisable, je préférerais les trouver sur notre route, plutôt que les Brésiliens. Le Brésil d'aujourd'hui, c'est tellement fort, tellement de talents qu'on peut réciter leur équipe type par coeur. Il n'y a véritablement aucune faiblesse. On ne sait jamais, s'ils sont un peu nonchalants ou un peu trop sûrs d'eux, mais bon...

En tout cas, pour cette génération de Diables, c'est maintenant ou jamais. L'excuse d'un tirage défavorable, ils ne l'ont déjà plus. Et quand on me parle de distances à parcourir en avion ou de logistique, je ne suis plus. On les met dans l'ouate, alors est-ce qu'ils auraient le droit de se plaindre de vols un peu trop longs à leur goût ? Que valent-ils réellement ? Impossible de se prononcer après la campagne éliminatoire. Et je ne m'attends pas à ce qu'on voie plus clair lors des matches du mois de mars parce que nos meilleurs joueurs auront leur attention tournée sur la Ligue des Champions. Ces retours en Belgique pour des amicaux ne seront qu'un break à leurs yeux. C'est dans les derniers rendez-vous avant de partir en Russie qu'on pourra se faire une meilleure idée de ce qu'ils ont dans le ventre. On dit qu'ils sont définitivement prêts pour aller très loin au Mondial, moi je suis comme Saint-Thomas, j'attendrai un match contre l'Allemagne ou le Brésil pour me faire mon opinion.

Nos partenaires