Le coach de l'Italie vante "un des meilleurs bilans des 40 dernières années"

15/11/17 à 15:16 - Mise à jour à 15:16

Source: Belga

Le sélectionneur de l'Italie Gian Piero Ventura, sous le feu des critiques après l'élimination de son équipe en barrage d'accession au Mondial 2018, a assuré mardi soir que son bilan était "l'un des meilleurs des 40 dernières années".

Le coach de l'Italie vante "un des meilleurs bilans des 40 dernières années"

Le sélectionneur de l'Italie Gian Piero Ventura © AFP

Interrogé dans un avion par des journalistes de "Le Iene", une émission satirique de télévision très suivie en Italie, Ventura a d'abord déclaré qu'il avait "déjà demandé pardon aux Italiens pour ce résultat", qui prive la Squadra Azzura de Coupe du Monde. Le journaliste a alors rétorqué que cela faisait deux ans que l'équipe jouait "très mal".

"Non, parce que mon bilan est un des meilleurs des 40 dernières années. Je n'ai perdu que deux matches en deux ans", a assuré Ventura, dont l'avenir doit être évoqué lors d'une réunion mercredi en fin d'après-midi au siège de la fédération italienne.

Sous le mandat de Ventura entamé après l'Euro-2016, l'Italie a en fait perdu trois matches en 15 mois, face à la France à Bari (3-1) en amical, face à l'Espagne à Madrid (3-0), et face à la Suède lors du barrage aller à Solna (1-0). Elle a également remporté neuf parties et fait quatre matches nuls.

Surtout, elle n'est pas parvenue à se qualifier pour la Coupe du Monde, du jamais vu depuis 1958. A ce propos, Ventura a déclaré: "Ca sera triste. Mais qu'est-ce que je peux y faire ? Malheureusement, c'est fait."

Après le match retour face à la Suède lundi, Ventura n'a pas présenté sa démission, expliquant qu'il devait encore parler avec le président de la fédération, Carlo Tavecchio. "La démission ? Je ne sais pas. Il y a une infinité de choses à évaluer. On va se voir et on va évaluer ces choses. Je n'ai pas encore parlé avec le président", avait-il dit en conférence de presse.

Selon la presse sportive italienne, les dirigeants de la fédération espèrent convaincre Carlo Ancelotti, libre après avoir été remercié par le Bayern Munich, de prendre en main la sélection.

Nos partenaires