Le Celta Vigo, fierté de la Galice

24/03/17 à 10:30 - Mise à jour à 21/03/17 à 16:02

Source: Sportmagazine

En 2009, le Celta Vigo a été dans l'incapacité de payer ses joueurs pendant deux mois. Désormais, le club a apuré ses dettes. Sa mission ? Eliminer Genk et remporter l'Europa League.

Le Celta Vigo, fierté de la Galice

Iago Aspas : la machine à buts du Celta de Vigo. © AFP

Iago Aspas, l'avant de 29 ans du Celta et de l'équipe nationale espagnole, a connu cette période. Il a vu le Celta se noyer, il n'a pas été payé, le club devant affecter tous ses moyens au remboursement des créanciers. La fierté de Galice a traversé le désert et a même failli être renvoyée en division deux. Finalement, le Celta s'en est sorti, grâce à une gestion saine. Il a investi dans la cantera, la formation des jeunes, pour vendre des joueurs.

Parmi lesquels Aspas, transféré à Liverpool, et Michu, au Rayo Vallecano puis à Swansea. Plus Nolito à Manchester City l'année dernière. C'est surtout le club ibérique qui profite de ces transferts car une fois loin de Vigo, les joueurs cassent rarement la baraque. Nolito a du mal à s'imposer à City et Aspas a été à la peine chez les Reds puis à Séville, son employeur suivant. De retour à Vigo, Aspas a retrouvé le chemin des buts et l'équipe nationale.

Le Standard a fait deux fois match nul contre le Celta Vigo, dans la phase de poules de l'Europa League. L'adversaire de Genk semble abordable. Genk a par ailleurs un connaisseur en ses rangs, depuis la trêve hivernale : José Naranjo vient du Celta, avec lequel il s'est produit sur la scène européenne cette saison, ce qui l'en prive maintenant.

L'argent des Galiciens est d'origine mexicaine : le président Carlos Mouriño est issu de Vigo mais a émigré au Mexique. Il y a épousé une Mexicaine, a fait fortune grâce à une chaîne de pompes à essence puis est revenu chez lui et a sauvé le club de la faillite. Son fils était ministre des Affaires étrangères du Mexique quand il est décédé dans un accident d'avion.

L'architecte de l'équipe est argentin : Eduardo Berrizo, le successeur de Luis Enrique quand celui-ci a rejoint Barcelone en 2014. Berrizo est issu de l'écurie de Marcelo Bielsa, dont il a été l'adjoint pendant trois ans en équipe nationale du Chili. Genk peut s'attendre à un pressing élevé et à une intensité conséquente.

Par Peter t'Kint

Nos partenaires