La presse française juge le transfert de Neymar au PSG

04/08/17 à 09:58 - Mise à jour à 09:58

Source: Afp

Le transfert de la star brésilienne Neymar fait entrer le Paris SG dans une nouvelle "dimension", au prix d'un transfert de 222 millions d'euros "démesuré" qui pose la question des limites de l'argent dans le foot, juge la presse française vendredi.

La presse française juge le transfert de Neymar au PSG

© EFE

"Un roi à Paris", pour L'Equipe", "A lui Paris", pour Le Parisien, "Neymar, le transfert de tous les records" pour Le Monde: le capitaine de la Seleçao s'affiche à la Une de la plupart des journaux nationaux.

Avec sa signature pour cinq ans, "le monde vient de changer", affirme dans L'Equipe le journaliste Vincent Duluc, qui évoque "l'un des événements les plus importants du football français de ces trente dernières années".

"Le Championnat de France va accueillir un des trois meilleurs joueurs au monde, ce qui n'a pas dû lui arriver depuis que Michel Platini l'a quitté en 1982", ajoute-t-il.

N'en déplaise à la "légende" autoproclamée Zlatan Ibrahimovic, c'est donc bien avec l'arrivée de Neymar que le "PSG et et la Ligue 1 basculent (...) dans une nouvelle dimension", estime encore le quotidien sportif, qui consacre 18 pages au Brésilien venu chercher dans la capitale la seule consécration qui lui a échappée avec le Barça: le Ballon d'Or.

Mais avec ce transfert record de 222 millions d'euros, "le foot bascule" surtout "dans la démesure", juge Le Figaro, tout en estimant que le club parisien "a des raisons de croire en son investissement", avec la hausse attendue des recettes de sponsoring, marketing, billetterie ou droits télévisés.

Revanche espagnole avec Mbappé?

"La société du spectacle nécessite-t-elle vraiment autant d'argent pour le seul divertissement des hommes?", s'interroge le journal dans un éditorial intitulé "Les dieux ont soif". "Notre époque, qui aime à se nourrir de gigantisme (...) devrait mieux s'interroger sur le sens profond de cet événement afin de revenir, si elle le peut encore, à la mesure", ajoute-t-il.

"Foot et argent: quelles limites?", s'interroge également Ouest France.

Le quotidien L'Opinion s'étonne de "l'indulgence de l'opinion" à l'égard de Neymar, "riche du rêve vendu à des millions de fans consentants quand les chefs d'entreprise sont soupçonnés, voire accusés de s'enrichir sur le dos de salariés exploités".

La Charente Libre ironise elle sur l'attitude de la Ligue espagnole qui a tenté de retarder ce transfert en rejetant le chèque exigé pour débloquer la clause de libération du joueur de 25 ans.

"Elle invoque le fair-play financier censé régir les règles de la concurrence entre les ultra-riches du foot européen, écrit-elle. On ne saurait mieux cracher dans la soupe. Les fiers Espagnols ont eux-mêmes inventé le cirque dont ils dénoncent aujourd'hui les pratiques".

Une allusion à peine voilée aux dettes faramineuses qui n'ont pas empêché pendant des années le Real Madrid et le Barça de dominer la scène européenne, en dribblant le fair-play financier mis en place ces dernières années par l'UEFA.

Et l'un ou l'autre pourrait vite prendre sa revanche sur la France, estime encore le journal. "Barcelone et Madrid vont effacer l'offense en faisant exploser le marché. La nouvelle tête mise à prix: Kylian Mbappé". Le jeune attaquant de Monaco pourrait en effet franchir les Pyrénées pour le montant lui aussi colossal de 180 millions d'euros.

Nos partenaires