La Mannschaft affrontera les Oranje en signe "de liberté"

16/11/15 à 16:22 - Mise à jour à 16:21

Source: Belga

Très marquée par les attentats de Paris, commis pendant qu'elle affrontait les Bleus au Stade de France, l'Allemagne recevra les Pays-Bas mardi en match amical en signe de "liberté" et de "solidarité" avec les Français, a annoncé lundi Joachim Löw.

La Mannschaft affrontera les Oranje en signe "de liberté"

Joachim Low © BELGA

"Ce match est un message clair, c'est un symbole de liberté, de démocratie et de solidarité avec nos amis français. Nos pensées iront aux proches" des victimes, a déclaré à la presse le sélectionneur des champions du monde, visiblement éprouvé.

Joachim Löw a refusé de répondre aux questions sur l'équipe néerlandaise, en reconstruction après avoir échoué à se qualifier pour l'Euro-2016, évacuant tout l'enjeu sportif de cette rencontre à Hanovre (20h45). "Je souhaite ardemment que cette rivalité sportive souvent évoquée passe demain au second plan. Si nous comprenons le match ainsi, alors nous aurons gagné, indépendamment du résultat", a poursuivi le technicien.

Löw ne s'attend d'ailleurs pas "à des olas ou à une ambiance de fête dans le stade, ce serait inadapté. Le plus important, c'est la cohésion".

Un temps incertaine après la série d'attaques perpétrées vendredi à Paris, qui ont provoqué la mort d'au moins 129 personnes, cette rencontre amicale a été maintenue et la chancelière Angela Merkel ainsi que plusieurs membres du gouvernement y assisteront.

"Notre message est clair: nous ne nous laisserons pas enlever notre façon de vivre. Nous ne devons pas accorder aux terroristes la victoire que constituerait l'annulation du match", a déclaré lundi le ministre de la Justice Heiko Maas, qui sera présent à Hanovre.

Le vice-chancelier et ministre de l'Economie Sigmar Gabriel, également du voyage, a de son côté estimé qu'il serait "super que la Marseillaise soit chantée (en début de rencontre, ndlr) pour montrer notre lien d'union avec la France".

"Au début du match, il va naturellement se passer quelque chose", a promis lundi le manager de la Mannschaft Oliver Bierhoff, expliquant que "des discussions" étaient toujours en cours sur ce geste symbolique.

L'équipe d'Allemagne avait vécu une première alerte à la bombe visant son hôtel vendredi, avant d'entendre en plein match face à la France (perdu 2-0) les explosions des kamikazes postés à proximité du Stade de France. "Il était impossible de finir le match avec la concentration requise", a raconté Joachim Löw, dont l'équipe a passé la nuit dans le Stade "par mesure de sécurité".

En savoir plus sur:

Nos partenaires