Jupp Heynckes : "De Bruyne vaut son prix"

15/02/18 à 12:00 - Mise à jour à 13/02/18 à 16:21

Sans avoir l'air d'y toucher, Jupp Heynckes consolide les fondations du Bayern Munich. Outre un nouveau titre, l'objectif est aussi de briller sur la scène européenne. En huitièmes de finale, les Bavarois devront d'abord franchir le cap de Besiktas. Entretien.

Jupp Heynckes : "De Bruyne vaut son prix"

Jupp Heynckes, 72 ans et déjà son quatrième passage comme coach du Bayern Munich. © BELGAIMAGE

Jupp Heynckes à propos...

...de sa conception du football : "L'art du football, c'est de se déplacer sur le terrain en donnant l'impression que tout est homogène et harmonieux. Comme cela se passe dans un jeu d'échecs. Si l'on parvient à le faire d'une manière intuitive, on est déjà très loin en tant qu'équipe. Tout doit être fluide. C'est pour y arriver que l'on s'entraîne tous les jours. Il faut sans cesse répéter les mouvements, corriger, perfectionner. Ce n'est pas toujours évident, car un être humain a tendance à rechercher la facilité. Je lutte contre cette tendance. Autrefois, j'ai été critiqué parce que j'exigeais de la discipline. Mais la discipline est indispensable en football."

...de Robben et Ribéry : "S'ils contribuent moins aux tâches défensives ? Dans des matches importants, il y a toujours des situations où les joueurs remarquent qu'ils doivent se replier pour défendre. Franck est un footballeur de rue et Arjenest professionnel jusqu'au bout des ongles, l'un des meilleurs footballeurs avec lesquels j'ai travaillé. Ils sentent lorsqu'on a besoin d'eux derrière. Peu importe l'âge, cela ne doit jamais constituer un critère. Ce qui importe, c'est l'envie, la passion. Ribéry et Robben sont des footballeurs passionnés par leur métier."

...de l'argent dans le foot : "Lorsque je suis devenu footballeur professionnel durant la saison 1964/1965, je gagnais 160 Deutsche Marks par mois, c'est-à-dire 80 euros. C'est dommage que je n'ai pas gardé ce contrat. J'aurais pu l'afficher au mur, dans le vestiaire. Mais les joueurs auraient sans doute été pris d'un fou-rire et n'auraient plus pu s'entraîner. Les temps changent, les sommes ne sont plus les mêmes. Je ne sais pas si c'est mieux. Je peux accepter que les meilleurs joueurs, qui travaillent de manière très professionnelle, puissent gagner beaucoup d'argent. J'ai plus de mal en voyant les contrats de certains footballeurs moyens."

...de Kevin De Bruyne (qui aurait pu être transféré au Bayern pour 70 millions d'euros au lieu d'aller à Manchester City): "D'autres clubs n'hésitent pas à dépenser 100 ou 200 millions d'euros sur le marché des transferts. Certains joueurs pensent qu'ils valent leur prix de transfert. Dans le cas de Kevin De Bruyne, ce n'était peut-être pas le bon moment de venir au Bayern. Lui vaut son prix. C'est grâce à lui que Wolfsburg a remporté la Coupe et a été vice-champion d'Allemagne. Si le Bayern est convaincu par le talent d'un joueur, et que l'entraîneur l'est également, je pense que le club serait prêt à assumer un tel transfert."

...de son futur : "Vous savez, j'ai vécu tellement de choses dans le football, des victoires et des défaites, de l'euphorie et de la déception, que rien ne peut me perturber. Je vous le dis honnêtement : que l'on essaie déjà de me convaincre de prolonger, cela ne me fait ni chaud ni froid. J'ai toujours été très réaliste. Je ne veux pas en dire plus. Au Bayern, on sait comment j'envisage l'avenir."

Par Christian Eichler

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jupp Heynckes dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires