Jean-Marie Pfaff: "La Belgique va battre l'Angleterre en finale"

09/07/18 à 09:55 - Mise à jour à 09:55

Source: Belga

Les Diables Rouges vont devenir champions du monde en battant en finale les Anglais. Telle a été la prédiction de Jean-Marie Pfaff, ancien gardien de l'équipe nationale et du Bayern Munich, dans un entretien avec l'agence de presse allemande dpa.

Jean-Marie Pfaff: "La Belgique va battre l'Angleterre en finale"

Jean-Marie Pfaff. © BELGA

"A Mexico en 1986 (quand la Belgique a terminé 4e du Mondial, NDLR), nous étions une génération dorée. Celle-ci est brillante", a dit Pfaff, 64 ans. "Si nous ne sommes pas champions du monde cette fois, cela n'arrivera plus jamais. La France sera un redoutable adversaire en demi-finales mais je pense que Belges et Anglais s'affronteront en finale et que nous allons gagner. Nous avons été, jusqu'ici, la meilleure équipe du tournoi."

"C'est une génération extraordinaire, qui joue ensemble depuis de nombreuses années et qui a appris du Mondial 2014 et de l'Euro 2016", a ajouté Pfaff en évoquant les raisons du succès de l'équipe belge. "C'est également très important de pouvoir aligner deux équipes complètement différentes. Nous avons vu contre l'Angleterre que nous étions capables de nous imposer avec une équipe B. L'Argentine a Messi, le Brésil Neymar mais nous avons plusieurs joueurs incroyables. Avec Hazard, De Bruyne et Lukaku en attaque, c'est dur de tous les tenir."

Pfaff a insisté sur l'importance du sélectionneur Roberto Martinez, qu'il décrit comme "un mentor pour les joueurs", tout en soulignant le travail de son prédécesseur Marc Wilmots. "C'est lui qui a établi les bonnes bases", a expliqué l'ancien portier belge.

Si Eden Hazard, capitaine des Diables, venait à soulever le trophée dimanche 15 juillet dans le ciel de Moscou, le pays "explosera" selon 'El Sympatico'. "Ce serait un miracle pour un si petit pays, comparable dans une moindre mesure à ce qu'a réalisé le Danemark lors de l'Euro 1992. Quoi qu'il arrive, cette équipe a déjà réalisé de grandes choses et j'espère qu'elle saisira cette opportunité. En 1986, nous aurions pu jouer la finale contre l'Allemagne sans deux hors-jeu injustifiés sifflés contre nous en première mi-temps face à l'Argentine. Cette fois, la chance est grande d'autant plus que des grandes équipes sont déjà éliminées."

Nos partenaires