Frank Lampard : prêt à entraîner

10/05/18 à 14:00 - Mise à jour à 08/05/18 à 14:31

Plus d'un an après avoir raccroché ses crampons, Frank Lampard se sent prêt à relever un nouveau défi en football.

Frank Lampard : prêt à entraîner

Frank Lampard ne veut pas se précipiter. © BELGAIMAGE

Durant la saison en cours, on a souvent demandé à Frank Lampard si le football lui manquait. Systématiquement, il répondait : "Non, pas du tout." De temps à autre, il ressentait bien son changement de vie comme "une claque en pleine figure" mais globalement, il était plutôt heureux d'être débarrassé du stress des vingt dernières années. "J'avais besoin de cette pause, franchement. Maintenant, je m'amuse bien."

L'ancien médian de Chelsea a gagné quatre coupes, trois titres, la Ligue des Champions et l'Europa League. Il a enfilé le maillot de l'Angleterre à 106 reprises. "Quand on se produit pour un grand club, on essaie constamment de remporter des trophées", dit-il au Guardian. "On joue constamment à ses limites et c'est très fatigant. On a à peine le temps de souffler. À la fin de ma carrière, j'étais vraiment vanné."

Lampard est conscient que cette pause n'est que temporaire. Il envisage d'effectuer son retour en football au poste d'entraîneur, même si le terme "retour" est relatif, puisqu'il est resté impliqué, en qualité de commentateur pour BT Sport. Il a entamé les cours de Pro Licence en septembre dernier. Il a déjà appliqué la théorie apprise à l'académie de Chelsea "J'ai beaucoup appris l'année écoulée en travaillant pour la presse et en voyageant. C'était nécessaire. Je ne me contente pas de raconter que c'était un bon match. Je dois analyser les joueurs, la tactique. C'est pour ça que je ne fixe pas de limite temporelle à mes débuts d'entraîneur. Il ne suffit pas d'appuyer sur un bouton : j'ai beaucoup de choses à apprendre. Je suis d'avis qu'il ne faut jamais brûler les étapes."

Joueur, il admirait surtout les entraîneurs qui parvenaient à gérer des caractères différents et qui trouvaient la bonne approche. Il affirme vouloir suivre leurs pas.

Par Peter Mangelschots

En savoir plus sur:

Nos partenaires