Euro 2016: quel état de forme pour les concurrents de la Belgique?

30/03/16 à 16:47 - Mise à jour à 17:03

L'Euro 2016 approche à grands pas... Dans 72 jours exactement. L'heure est aux matchs de préparation pour les 24 pays qualifiés. Et tandis que la Belgique a peiné mardi face au Portugal (2-1), dans quelle forme sont ses concurrents du groupe E : l'Italie, la République d'Irlande et la Suède ?

Euro 2016: quel état de forme pour les concurrents de la Belgique?

© REUTERS

On le sait, l'équipe nationale belge de football fait face à de nombreuses blessures. Celles-ci, au nombre de huit et touchant des cadres de l'effectif tels que De Bruyne, Hazard ou Kompany nourrissent une inquiétude grandissante chez les supporters belges. Pour cause, tout aussi bien dans le résultat que dans la manière, les représentants nationaux n'ont su rivaliser avec le Portugal, bien loin d'être une "équipe de rêve", avec tout le respect que l'on lui doit. Il en ressort que les cadors victimes d'une indisponibilité sont des éléments essentiels pour conserver une stabilité dans le jeu des Diables Rouges. Dans 75 jours, tout devra être prêt car la Belgique entamera sa campagne (groupe E).

Et dans le cadre du match inaugurateur de l'Euro des Diables Rouges, ceux-ci devront faire face, le 13 juin prochain, à... l'Italie. Puis face à l'Irlande le 18 juin et la Suède le 22.

L'Italie

La vie est loin d'être un long fleuve tranquille pour le plus gros concurrent des Diables Rouges dans le groupe E. Pour cause, depuis la sortie des qualifications pour l'Euro 2016, en octobre dernier, les Italiens ont joué quatre matchs pour... aucune victoire ! Alors certes, les Azzurri ont rencontré de grosses équipes que sont la Belgique (défaite 3-1), l'Espagne (1-1) et l'Allemagne (4-1). Mais tout de même, le nul face à la Roumanie (2-2) et le goal average de -5 de la sélection italienne en quatre rencontres, est révélateur d'un malaise. Peu de buts inscrits, le manque criant d'un attaquant qui marque, conjugué à une défense qui prend l'eau posent question...

Ces statistiques sont à relativiser. Il ne faut nullement oublier qu'il s'agit uniquement de matchs d'exhibition pour lesquels la motivation peut être bien moindre que lors de rencontres officielles.

Et puis, dans les préparations pour l'Euro 2012, l'Italie n'avait remporté qu'un seul de ses quatre matchs. C'était face à la Pologne (2-0). Les autres rencontres avaient été remportées par l'Uruguay (0-1), les USA (0-1) et la Russie (0-3). Cela n'avait pas empêché la sélection italienne d'atteindre la finale de la compétition européenne, alors remportée 4-0 par l'Espagne.

Attention, donc, aux hommes d'Antonio Conte !

La République d'Irlande

Cette équipe est peut-être le maillon faible du groupe. Du moins, sur papier. Il est cependant important de se méfier de cette nation. Dans les qualifications pour l'Euro 2016, l'Irlande a créé la surprise. Elle a arraché le nul face à la Pologne de Lewandowski (1-1), face à l'Ecosse (1-1) et a remporté ses rencontres à Gibraltar (0-4), contre la Géorgie (1-0) et... l'Allemagne (1-0) !

"Impressionnant" ? Ce n'est pourtant pas tout. La République d'Irlande a éliminé la Bosnie-Herzégovine d'Edin Dzeko en barrages (3-1 sur l'ensemble des deux matchs). Puis en amical, elle a tenu tête à l'Angleterre (0-0) en juin dernier, a battu la Suisse (1-0) vendredi dernier et a obtenu le nul face à la Slovaquie ce mardi (2-2). Cette équipe pourrait être LA surprise du groupe...

La Suède

L'état de forme de la Suède est difficile à mesurer, au même titre que son véritable niveau. Zlatan Ibrahimovic et ses coéquipiers n'ont pas rencontré de cador ces derniers temps. Si l'on s'attarde un rien sur leurs performances en qualifications pour l'Euro, ils ont réalisé un bon parcours face aux "petites" équipes que sont la Moldavie, le Monténégro ou le Liechtenstein. Face à des plus gros calibres, les choses sont plus compliquées : une défaite 1-0 face à la Russie et une déroute 4-1 face à l'Autriche.

En barrages, la Suède a rencontré le Danemark qu'elle a battu 4-3 sur l'ensemble des deux rencontres. Si l'on se fie à ses résultats en matchs amicaux, c'est une victoire 2-0 face à la Côte d'Ivoire (tout de même !) en janvier 2015, une défaite face à la Finlande (0-1), une victoire face à l'Iran (3-1) et un partage contre la Norvège. En 2016, c'est un nul face à l'Estonie, une victoire contre la Finlande (3-0) et une défaite contre la Turquie (2-1).

La Belgique favorite

Si l'on s'en réfère à ces données, telles qu'elles sont à l'heure actuelle, il serait invraisemblable de voir la Belgique se planter dans la phase de groupe. Bien sûr, il faudra montrer un bien meilleur visage que face au Portugal. L'Italie, bien qu'en méforme, est à craindre au plus haut point car elle a des qualités indéniables. L'Irlande risque bel et bien d'être la surprise, le trouble-fête du groupe. Concernant la Suède, un fait de match, un (sur)homme qu'est Zlatan Ibrahimovic, pourraient déjouer les pronostics mais il semblerait finalement qu'il s'agisse du petit poucet, contrairement à ce que l'on pourrait penser.

Quentin Droussin

Nos partenaires