Des paroles aux actes: paris perdus à assumer après Barça-PSG

09/03/17 à 14:52 - Mise à jour à 14:52

Source: Afp

Chiche! La "remuntada" historique du FC Barcelone contre Paris SG semblait tellement improbable que de nombreuses personnalités ont lancé des paris un peu risqués. Des chroniqueurs célèbres sont déjà obligés de porter string ou caleçon à l'antenne...

Des paroles aux actes: paris perdus à assumer après Barça-PSG

Alexis Tsipras a tweeté après l'élimination parisienne: "Il parait que le PSG gagnera la Ligue des champions, tout autant que Nouvelle Démocratie les prochaines élections générales". © Reuters

Aucune équipe n'avait réussi à se qualifier lors d'une rencontre de coupe d'Europe, après avoir perdu le match aller 4 à 0 à l'extérieur. Une statistique qui en a désinhibé plus d'un avant le match retour au Nou Camp, pensant courir un risque assez limité.

Mais rien n'est impossible pour le grand Barça de la MSN Messi-Neymar-Suarez, que certains vont désormais maudire.

On peut être ancien sélectionneur de l'Autriche (1993-1999), consultant pour la télévision publique locale ORF et se lancer un défi au risque de se ridiculiser devant des centaines de milliers de téléspectateurs.

Herbert Prohaska, passé par l'Inter Milan et l'AS Rome dans sa carrière de joueur, a fini la soirée en caleçons avec une autre consultant et le présentateur en plateau de l'ORF.

Bernd Schuster, entraîneur du Barça (2000-2001) et du Real Madrid (2007-2008) a enlevé encore un peu plus de tissu, puisqu'il a passé son émission de radio en Espagne en... string, après avoir évoqué une équipe de Barcelone qui touchait "petit à petit à sa fin" après le match aller.

750 km à pieds pour Pape Diouf?

Un autre pari a été tenu, celui de l'ancien président du Barça, Joan Gaspart (2000-2003). Il avait promis de piquer une tête dans la Méditerranée en cas de qualification des Blaugrana, le club repris en mains par son rival de toujours Joan Laporta.

Et il ne s'est pas fait prier pour exécuter sa promesse, puisque l'ex-dirigeant, âgé de 72 ans, s'est baigné en pleine nuit sur une plage de Barceloneta, écharpe du FC Barcelone au cou, en compagnie de quelques proches.

Gaspart est un habitué de ce genre de paris : il s'était baigné dans la Tamise lors de la première Ligue des champions du club remportée au stade de Wembley à Londres en 1992.

"Bravo papa, tu respectes tes promesses et ta tradition: si on remonte le score, je me baigne à Barceloneta", a tweeté son fils Guillermo, photo à l'appui.

Le parc de Montserrat dans la province de Barcelone s'est lui fendu d'un tweet demandant aux supporters du Barça qui avait promis de gravir la montagne en cas de remuntada, de ne pas venir le même jour, craignant probablement un afflux massif.

Pour l'ancien président de l'Olympique de Marseille, rival historique du PSG en France, Pape Diouf, le défi s'annonce toutefois plus compliqué.

Lundi dans l'émission de France Info "Le Classico", il avait promis de rejoindre Paris depuis Marseille à pieds en cas de qualification barcelonaise. Pour information, il y a 750 kilomètres par la D985 entre la Cannebière et le parvis de Notre-Dame.

Et quand la politique utilise le sport, cela peut donner des situations assez coquasses.

En Grèce, le Premier ministre Alexis Tsipras (gauche) a tweeté après l'élimination parisienne: "Il parait que le PSG gagnera la Ligue des champions, tout autant que Nouvelle Démocratie les prochaines élections générales".

Le chef de l'opposition conservatrice Kyriakos Mitsotakis avait estimé que son parti Nouvelle démocratie remporterait les prochaines élections générales, aussi sûrement que le PSG gagnerait la Ligue des champions.

Nos partenaires