Dérives du foot: un contrat de 100.000 euros pour un enfant de 9 ans...

30/04/15 à 12:11 - Mise à jour à 12:10

Source: Sportmagazine

Le recrutement de (très !) jeunes prodiges du ballon rond a toujours existé. Seulement, avec les moyens de communication actuels, ceux-ci sont directement hissés au rang de successeurs des Zidane et autres Messi. Avec des " salaires " faramineux vu leur jeune âge... parfois moins de 10 ans.

Dérives du foot: un contrat de 100.000 euros pour un enfant de 9 ans...

© istock

Lucca Lagana est ce qu'on appelle un phénomène, petit virtuose des terrains verts en France. Et, il a déjà, bien malgré lui, "piégé" dans ses crampons les plus grands clubs tels que le FC Barcelone ou le Real Madrid.

A un âge où sport devrait rimer avec plaisir, ses parents se sont déjà vu offrir des enveloppes "bien épaisses" (on parle de 100.000 euros et plus sur le site de BFMTV) afin de s'adjuger les pieds d'or du petit Lucca. Dans les colonnes du quotidien français La Voix du Nord, son père, Emmanuel Lagana, dénonce les dérives de ce système, déjà largement critiqué, pour les millions d'euros qu'il brasse.

Heureusement, Lucca a des parents qui semblent avoir les pieds sur terre et qui ne suivent pas aveuglément l'appel des sirènes. Mais on apprend quand même qu'un contrat a été signé avec un club dont le nom n'a pas été divulgué. L'appel a dû être fort...

Garde-fous et avenir sportif

Il existe pourtant des barrières destinées à protéger les enfants prodiges contre l'avidité des adultes. Ainsi en France, il est interdit de faire jouer un enfant de moins de 15 ans dans un club à plus de 50 kilomètres de son domicile. Dans le cas de Lucca, l'interdiction sera contournée et toute la famille déménagera pour se rapprocher du lieu d'entraînement.

Quant à l'avenir sportif de premier plan, promis aux prodiges comme ce gamin, il est malheureusement plus qu'incertain. Oui il existe des joueurs, repérés vers 9-10 ans, et qui ont concrétisé tous les espoirs mis en eux, mais ils sont rares.

"Statistiquement, un joueur si jeune, mis très vite sur le devant de la scène, ne devient pas pro", déclare Jennifer Mendelewitsch, agent de joueur, agréée FFF et Fifa, sur le site de BFMTV.com. "Quand les parents pensent qu'ils ont un futur Zidane sous leur toit, souvent, ça ne marche pas", confirme Jean-Philippe Cousin, formateur à Lille, à la Voix du Nord. En effet, peu d'appelés et encore moins d'élus: "sur une promotion de 20 à 25 joueurs, un ou deux seulement fouleront les pelouses de Ligue 1, de Ligue 2, de Premier League ou de Liga", conclut BFMTV.com.

Et en Belgique ?

Ce phénomène existe malheureusement aussi dans notre petit pays... En 2013, on apprenait que le petit Bryce Brites avait signé un contrat (enfin ses parents), dont le montant n'a pas été révélé, avec le club du FC Racing Boxberg. Situation d'autant plus surprenante que le "bébé" est âgé de ... 20 mois ! "La façon dont il frappe la balle, vous n'avez jamais vu ça avant. Son contrôle de balle est incroyable pour quelqu'un de son âge", déclarait à l'époque Dany Vodnik, le secrétaire général du club au quotidien Het Laatste Nieuws.

Aux Pays-Bas, c'est un bambin de 18 mois, Baerke van der Meij, qui a "signé" un contrat (symbolique, précisons-le) de dix ans en tant que joueur professionnel avec le club de Venlo. Rien n'est certain non plus quant à l'avenir footballistique du bébé comme le précisait un communiqué du club: "Le poste de prédilection de l'enfant n'a pas encore été déterminé. Cependant, nous pouvons dire le plus grand bien de son pied droit et de ses gènes footballistiques transmis par son grand-père, un ancien joueur du club."

Mais où est donc le sport simple détente et défoulement ?

En savoir plus sur:

Nos partenaires