Delirium Mertens

05/04/17 à 16:44 - Mise à jour à 16:44

Source: Sportmagazine

Et si Dries Mertens devenait le meilleur buteur de la Serie A ? A Naples, tout le monde l'adore. Pour quelle raison ? Nous avons pris la température au pied du Vésuve. Extrait.

Delirium Mertens

Dries Mertens est une idole à Naples. © BELGAIMAGE

"Where are you from ?", demande Antonio lorsque nous prenons place dans son taxi. De Belgique ? Sa réaction ne se fait pas attendre. "Le pays de Dries ?" Le soleil brille, et la circulation est à l'arrêt, comme toujours. Subitement, le véhicule s'engage dans un rond-point par un trou de souris où, à première vue, seul un scooter pourrait se faufiler. Bienvenue à Naples. Ici, on sait que lorsqu'un scooter peut passer, une voiture peut passer aussi.

La ville où réside Dries Mertens est, après Rome et Milan, la troisième d'Italie. Elle compte 970.000 habitants. Ici, les automobilistes se demandent si l'inventeur du code de la route n'avait pas mieux à faire, ce jour-là. Un coup de klaxon et beaucoup d'audace, cela suffit, non ?

Le journal local le plus populaire est Il Mattino. Ce quotidien fait un peu office de baromètre. Depuis ses locaux, on n'est qu'à une minute du boulevard maritime d'où on aperçoit le Vésuve et Capri. Les journalistes peuvent toujours s'inspirer de ce décor, car ils ont du mal à approcher les stars de l'équipe. Roberto Ventre suit Naples depuis six ans. Il n'a interviewé Mertens qu'une seule fois. Est-il étonné par les prestations du Diable Rouge ?

"Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi performant à cette position, en tout cas. Nous savions tous qu'il avait du talent. Avec sa vitesse et sa facilité à dépasser ses adversaires en un-contre-un, il est l'un des meilleurs joueurs de ce type, avec Insigne. En Europe, je ne vois qu'Eden Hazard qui soit capable de le concurrencer dans ce rôle. Et Lionel Messi, bien sûr. Les Napolitains aiment ce genre de joueurs, déroutants dans les 16 mètres. Ils leur rappellent Maradona."

Francesco De Luca, qui est une référence au journal Il Mattino, constate que le club a dû laisser partir ses meilleurs joueurs, ces trois dernières années, parce qu'ils avaient une clause libératoire dans leur contrat : c'était le cas d'Edinson Cavani, d'Ezequiel Lavezzi et d'Higuaín.

"Dans le contrat de Mertens, il n'y a pas ce genre de clause. Les Napolitains regretteraient son départ. Pas seulement pour ses buts, mais aussi pour la publicité positive qu'il offre à la ville via les réseaux sociaux. Dries est une agence de publicité ambulante pour Naples. Il poste de belles photos, des commentaires positifs, mais aussi des critiques fondées et des remarques judicieuses. Il est très attaché à la ville et est l'un de ses meilleurs ambassadeurs, ce qui est exceptionnel. Le gardien Reina est pareil, tout comme Hamsik qui vit ici depuis dix ans. Les autres joueurs ne mettent jamais un pied en ville, ils vivent reclus sur eux-mêmes. On peut rencontrer Dries dans une pizzeria. On peut même se faire prendre en photo avec lui. Il est devenu un vrai Napolitain. L'entraîneur précédent, Rafael Benítez, était pareil. Ce n'est pas le cas de l'entraîneur actuel, Sarri, qu'on ne voit jamais en ville."

Par Geert Foutré

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Dries Mertens dans votre Sport/Foot Magazine

En savoir plus sur:

Nos partenaires