Comment Ferreira-Carrasco va bouleverser le jeu de l'Atlético Madrid

19/08/15 à 10:40 - Mise à jour à 10:39

Source: Sportmagazine

L'Atlético Madrid de Diego Simeone fait peau neuve cette saison et les nouveaux venus risquent bien de modifier le jeu des Colchoneros.

Comment Ferreira-Carrasco va bouleverser le jeu de l'Atlético Madrid

Yannick Ferreira-Carrasco sous le maillot des Colchoneros. © AFP

Grâce aux ventes de ses stars et aux participations successives à la lucrative Ligue des Champions, l'Atlético a gagné le droit de boxer dans la cour des grands. Et pas pour une apparition éphémère d'un seul round. Les Colchoneros ont de l'or sous leur matelas, et ont aligné les millions pour renouveler un effectif en fin de cycle.

Exit la désormais légendaire barbe d'Arda Turan, les nerfs de Mandzukic et le flegme de Miranda. Retour, par contre, de Filipe Luis, accompagné dans la case " nouveaux " par Savic, Jackson Martinez, Vietto et Yannick Ferreira-Carrasco. Au revoir Arda, bonjour Carrasco : c'est sans doute le mouvement qui résume le mieux le mercato des matelassiers madrilènes.

Depuis la prise de pouvoir de Simeone, les flancs n'ont jamais été des couloirs. Ni Koke ni Arda n'ont longé la ligne blanche à coups de dribbles et de sprints. El Cholo n'aimerait-il pas les débordements ? L'arrivée de Carrasco, un Belge élevé en France qui court, dribble et provoque comme un ailier portugais, semble sur le point de renverser ce qui devenait un dogme au Calderón.

La signature du Diable Rouge à Madrid pose de nouvelles questions sur les envies de nouveauté tactique de Diego Simeone. Indéniablement, Carrasco correspond à l'amour des grands espaces et de la contre-attaque rapide et chirurgicale du Cholo. On parle ici d'un joueur-prédateur. D'un squale à l'affût d'une proie affaiblie par la désorganisation collective des siens, prêt à la dévorer sur un contre en deux contre deux ou trois contre trois. Ce sont dans ces situations que Yannick excelle. À peu contre peu, donc en contre.

Mais en perte de balle, Simeone peut-il vraiment confier la garde d'un flanc à Carrasco ? Le Belge doit encore apprendre la tactique et la rigueur, lui qui était presque exonéré des tâches défensives dans le roc monégasque taillé par Jardim. L'imaginer sur l'aile d'un 4-4-2 du Cholo revient donc à envisager un changement radical de philosophie. Le même genre de changement qu'un replacement de Koke dans l'axe. Avec, à la clé, un déséquilibre qui semble trop prononcé pour convaincre le coach de l'Atlético.

Par Guillaume Gautier

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à l'Atlético Madrid dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires