Chapecoense, la fureur de vivre

26/01/17 à 10:00 - Mise à jour à 24/01/17 à 14:58

Source: Sportmagazine

Ce 26 janvier, l'équipe brésilienne est de retour sur les terrains. Presque deux mois jour pour jour après le crash aérien dans lequel 19 de ses joueurs ont trouvé la mort.

Chapecoense, la fureur de vivre

Les joueurs de Chapecoense lors du match de charité face à Palmeiras, la semaine dernière. © Anadolu Agency

Un miraculé. Amaigri et le regard qui en dit long, Helio Neto pénètre dans les couloirs de l'Arena Conda. C'est la première fois qu'il revient dans l'enceinte de " Chape " après l'accident. " Le fait d'être d'ici me donne de la force ", souffle péniblement le défenseur de 31 ans, accoudé à ses béquilles. On est le 4 janvier, soit un mois et demi après le drame du 28 novembre dernier.

L'homme, qui pourrait retrouver les terrains d'ici un an, dit surtout vouloir "récupérer mentalement " et " ne pas tomber dans la dépression ". Quand il sort du coma, il demande aux médecins le score de la finale de Copa Sudamericana que son équipe devait disputer. Ces derniers lui cachent la vérité pendant une semaine. Neto pense innocemment que le crash n'est qu'un mauvais rêve.

Mais la réalité est bien là. Sur 77 passagers, 71 sont décédés. Sur les six survivants, trois joueurs, dont Alan Ruschel et Jackson Follman. Le premier apparaît détruit en conférence de presse, le second est amputé de sa jambe droite. Selon les Boliviens d'El Deber, ni le co-pilote, Fernando Ovar Goytia, ni le technicien qui a survécu, Erwin Tumiri, n'avaient l'autorisation de voler. Tandis que la thèse d'un manque de carburant est appuyée par les premiers résultats de l'enquête. Le ministre de la Défense bolivien, Reymi Ferreira, parle d'un " homicide ".

Pourtant, Neto ne juge personne, lui qui a " seulement " subi une fracture de la cinquième vertèbre lombaire et une rupture des ligaments croisés. Le 4 janvier, il échange avec les jeunes de Chape et les quelques nouvelles recrues. Parmi elles, Douglas Grolli, qui avait débuté sa carrière pour l'entité de Chapecó. Plusieurs suivent. Dodô, médian offensif de 22 ans, est loué à son tour par l'Atlético Mineiro qui prend en charge la majeure partie de son salaire. L'ancien club de Ronaldinho tenait à réaliser une transaction déjà évoquée avant l'accident.

Au total, 27 joueurs sont présentés. Un effectif pléthorique bricolé avec les moyens du bord, également composé de jeunes du cru, de retours de prêts et de ceux qui n'étaient pas du voyage en novembre. Mais sans Ronnie, ni Juan Roman Riquelme, comme annoncé un peu partout. Et sans, non plus, une vague de locations gratuites, malgré un élan de solidarité palpable les premiers jours suivant le drame.

" Il reste très peu de temps pour se préparer ", explique Vágner Mancini, néo-T1 de Chape, le 7 janvier. " C'est pourquoi nous avons essayé de faire venir plus de joueurs. " Pour cause, Chapecoense a refusé de bénéficier d'une immunité contre la relégation et a 75 rencontres à disputer cette saison. A commencer ce jeudi par la réception de Joinville, rival de l'Etat de Santa Catarina. Les Verdão souhaitent surtout s'appuyer sur leurs U20, auteurs d'un parcours surprenant dans leur catégorie d'âge. Après tout, le vert est synonyme d'espoir...

Par Nicolas Taiana

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos