Buffon: "l'arbitre a sifflé une faute qu'il est le seul à avoir vue"

12/04/18 à 08:03 - Mise à jour à 08:03

Source: Belga

Exclu pour la première fois de sa carrière (en 117 apparitions) en Ligue des Champions, Gianluigi Buffon était très déçu de l'élimination de son équipe, la Juventus, sur un penalty concédé dans les arrêts de jeu au Real Madrid. La Juve avait pourtant réussi à remonter son retard de 3 buts concédé à l'aller.

Buffon: "l'arbitre a sifflé une faute qu'il est le seul à avoir vue"

Gianluigi Buffon (Juventus) et Cristiano Ronaldo (Real Madrid) © AFP/Javier Soriano

"Je suis très fier d'avoir des coéquipiers comme ceux que j'ai. Nous étions dans une situation impossible et on a vraiment réalisé quelque chose d'incroyable", a commenté le gardien de la Juventus, au micro de Bein Sports. "(Sur le penalty) l'arbitre a sifflé une faute qu'il est le seul à avoir vue. (Etait-ce son dernier match en compétition européenne ?). On verra, c'est très probable, mais au-delà de tout ça, ce que je crois, c'est que pour avoir de grands matches au niveau européen, il faut de grands acteurs, joueurs, entraîneurs, supporteurs, arbitres. Il faut avoir une certaine sensibilité pour comprendre l'importance de certains moments et si on n'a pas cette sensibilité de ce qui se passe dans le jeu, on n'est pas digne d'être sur le terrain. Dans ce cas-là, il faut être dans la tribune avec ses parents, avec ses amis, avec des frites et un coca et on regarde le match. On ne peut pas faire quelque chose comme ça".

Blaise Matuidi, le milieu de la Juventus, toujours au micro de Bein sports, ne cachait pas sa déception non plus. "On est tristes, on est énervés parce qu'on peut perdre des matches, mais pas comme ça. On a fait ce qu'il fallait, on a tout donné, on a marqué trois buts ici face à la meilleure équipe du monde. On mène 3-0 et puis, il y a cette action à la fin. L'arbitre gâche tout, il n'a pas le sang-froid. Il aurait pu avoir le recul de se dire que c'est un quart de finale de Champions League et que c'est les arrêts de jeu. Il a agi tout de suite et c'est ça qui est désolant. On peut être fiers de nous parce que ce qu'on a fait, c'est juste incroyable. On est très tristes surtout pour des joueurs comme Gigi (Buffon) qui ne méritait pas ça. La saison n'est pas finie, il y a encore deux titres à aller chercher. On va essayer de se réconforter avec ce septième scudetto (de suite) qui serait exceptionnel".

Cristiano Ronaldo le concède, le Real a "énormément souffert" contre la Juve

En convertissant le penalty octroyé dans les arrêts de jeu permettant au Real Madrid de filer en demi-finale, Cristiano Ronaldo a reconnu que son équipe avait "énormément souffert" face à la Juventus. Les Italiens avaient en effet réussi à refaire leur retard concédé à l'aller en menant 3 à 0 avant ce penalty.

"C'est un match où nous avons énormément souffert, cela doit nous servir de leçon pour apprendre que, dans le football, rien n'est jamais gratuit et qu'il faut se battre jusqu'au bout", a commenté Cristiano Ronaldo au micro de beIN Sports Espagne. "Ce soir, le Real aurait pu marquer quelques buts de plus mais Buffon et les autres ont très bien joué. Je pense que nous sommes qualifiés logiquement, nous avons eu beaucoup d'occasions. Je ne comprends pas pourquoi (les Turinois) ont protesté sur le penalty. Si le défenseur n'avait pas commis (de faute), Lucas aurait marqué. Il le charge par derrière. Pendant le match, Benatia et les autres ont donné beaucoup de coups par derrière, c'est leur manière de jouer. Le Real Madrid est en demi-finale et nous sommes très contents. (Sur son penalty) Les pulsations sont un peu montées mais j'ai essayé de me tranquilliser parce que je savais que ce serait décisif. Grâce à Dieu j'ai marqué et nous sommes qualifiés. (Sur la performance laborieuse du Real) C'est le football, tout peut arriver. Nous n'étions pas bien, il faut l'admettre et s'en servir comme apprentissage pour l'avenir."

Le Real Madrid et le Bayern Munich en demi-finale

Vainqueurs à l'aller en déplacement, le Real Madrid et le Bayern Munich se sont qualifiés pour les demi-finale de l Ligue des Champions au détriment de la Juventus et de Séville. Bien que battu (1-3), le tenant du titre a été sauvé dans les arrêts de jeu sur un penalty de Cristiano Ronaldo (90e+8, 1-3). La Juventus a cru à un deuxième exploit italien dans ces quarts de finale: grâce à un doublé de Mario Mandzukic (2e, 37e) et Blaise Matuidi (61e), elle a refait le handicap concédé à l'aller. Le Bayern n'a pas emballé le match face à Séville et a décroché son ticket pour les demi-finale (0-0).

Remonter un handicap de trois buts, ce n'est arrivé que trois fois dans une confrontation directe en Ligue des Champions. La dernière date de mardi avec la victoire 3-0 de l'AS Rome sur Barcelone. Comme le Real n'a jamais perdu par trois buts d'écart à domicile en Ligue des Champions, la tache de la Juventus se révélait très ardue. Mais après 76 secondes, Mandzukic a infligé aux Merengues le but le rapide à domicile (2e, 0-1). Les Turinois ont poursuivi leur efforts et Kaylor Navas a effectué une double parade en bloquant de la main droite un centre de Douglas et du pied un tir de Gonzalo Higuain à bout portant (7e). Le Real n'a toutefois pas perdu sa sérénité et a également mis en danger la défense italienne. Une accélération fulgurante de Dani Carvajal aurait fait mouche sans un retour de Giorgio Chiellini (12e) tout comme un envoi d'Isco que Gianluigi Buffon a bien calé (34e). Mais Mandzukic a une nouvelle fois dominé Carvajal dans les airs sur un centre de Stephan Lichsteiner (37e, 0-2).

La seconde mi-temps a débuté par un numéro de Cristiano Ronaldo, qui a buté sur Buffon (58e). Par contre, Navas n'a pas calé un ballon, qui est arrivé dans les pieds de Matuidi (61e, 0-3). Sous le choc, les Madrilènes ont réagi mais Buffon a dévié une frappe d'Isco (78e) et Raphaël Varane n'a pas cadré son envoi (79e). La fin de match a été houleuse: l'arbitre Michael Oliver a accordé un penalty au Real pour une faute de Mehdi Benatia sur Lucas Vasquez (90e+3) et a exclu Buffon rendu furieux par le coup de sifflet. Critiano Ronaldo n'a pas manqué l'occasion d'envoyer le Real en demi-finale en plaçant le ballon dans la lucarne gauche de Wojciech Szczesny (90e+8,1-3).

Dans l'autre demi-finale, vainqueur à l'aller à Séville (1-2), le Bayern a bien entamé la rencontre et s'est installé dans le camp espagnol. Après un quart d'heure, les Allemands ont cependant laissé la possession du ballon aux Sévillans, qui ont gaspillé une belle occasion par Pablo Sarabia (16e). Tablant sur le contre, le champion d'Allemagne a également approché du but adverse mais Frank Ribéry n'a pas bien conclu sa série de crochets (37e).

Tout restait jouable pour Séville d'autant qu'à la reprise, Robert Lewandowski n'a pas cadré sa tête à bout portant sur un centre de Ribéry (48e). Mais le Bayern a eu chaud quand sur un coup franc venu de la droite, Joaquin Correa a vu sa tête heurter la transversale alors que Sven Ulreich était battu (57e). Les Sévillans ne sont pas parvenus à emballer la deuxième période et ont dû se contenter d'un match nul après avoir noté l'exclusion de Correa (90e+2).

Nos partenaires