Bienvenue en OL-Land

16/09/15 à 12:02 - Mise à jour à 12:05

Source: Sportmagazine

Pour leur vraie première en C1, les Buffalos s'attaquent au Lyon. S'ils ont rentré les crocs depuis quelques saisons, les Gones restent néanmoins un gros morceau. Explications.

Bienvenue en OL-Land

Les joueurs de l'OL à l'entraînement à la Ghelamco Arena avant leur duel face à La Gantoise. © BELGA

Depuis 2010, et une demi-finale de Ligue des Champions perdue contre le Bayern, l'OL avait quelque peu disparu des radars européens. Mais son président Jean-Michel Aulas, entrepreneur local qui a fait remonter le club en D1 en 1989, avait préparé le coup pour que son Lyon rugisse encore.

" Le business modèle du foot a changé de façon générale. Nous avons anticipé cette évolution afin d'accéder au niveau des meilleurs clubs européens en définissant une stratégie sur trois axes. "

La Formation

La formation peut être un moyen de construire une équipe solide à bas coût et Aulas a pris conscience du vivier que constitue sa région. Karim Benzema, Loïc Rémy ou Hatem Ben Arfa - déniché pour sa part dans le bassin parisien -, tous sont passés par Tola-Vologe, le centre d'entraînement de l'OL. Si bien que, depuis plusieurs années, le centre de formation lyonnais se place sur la plus haute marche française et parmi les meilleurs au niveau européen.

La saison passée, sur ses 33 joueurs, 15 avaient été formés au club - personne ne fait mieux dans le Big 5 -, dont 8 titulaires potentiels. Les Baby Gones ont réalisé l'une de leurs meilleures saisons post-hégémonie pour jouer les dauphins du PSG.

Alexandre Lacazette a fini Pichichi (27 goals), Nabil Fekir (13 buts, 9 assists) a explosé les contours de l'Hexagone et Clinton Njie est progressivement monté en puissance avant d'être vendu 17 millions (14 + 3) à Tottenham.

Le Spectacle

" Le second axe ne concerne pas la dimension humaine, mais la représentation et la dimension de spectacle. Nous avons investi et construit une structure qui est bien plus qu'un simple stade. Il s'agit en effet d'un parc multi-loisirs ouvert 365 jours par an avec, à l'intérieur, un stade de 60.000 places dont on est propriétaire à 100%. ", explique Aulas.

Les Valeurs

L'OL constitue l'exact opposé du modèle financier du PSG. Si le projet parisien est fondamentalement tourné vers l'étranger, via des revenus commerciaux provenant du Qatar, celui des Lyonnais s'articule autour du couple formation-exploitation d'un stade dont il est propriétaire et dont il va tirer ses propres bénéfices. Et quand le PSG recrute à l'international, Lyon prospecte local et se veut fournisseur officiel de l'équipe de France.

Par Nicolas Taiana

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à l'Olympique lyonnais dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires