Batshuayi : " J'étais trop perso aux yeux de Wilmots "

06/05/15 à 09:00 - Mise à jour à 10:16

Source: Sportmagazine

Apprécié à l'OM, Michy Batshuayi a reçu Sport/Foot Magazine au coeur de la cité phocéenne pour évoquer la Ligue 1 mais aussi les Diables Rouges. Extrait.

Batshuayi : " J'étais trop perso aux yeux de Wilmots "

Michy Batshuayi ne se prend pas la tête à l'OM. © BELGAIMAGE

Ta non-sélection pour le Brésil te reste-t-elle en travers de la gorge?

Ça a été un choc au début. Et puis je me suis dit que si je n'avais pas été repris, c'est que j'avais des défauts et qu'il fallait que je les gomme pour être appelé une première fois en équipe nationale.

Wilmots t'a expliqué clairement pourquoi tu n'avais pas été repris?

Oui. C'est pour ça aussi que j'apprécie Wilmots, car c'est aussi quelqu'un de cash. Il m'a dit que j'avais ét trop perso en play-offs et que dans son équipe, il ne voulait pas de ça. Il n'a pas tourné autour du pot.

Par contre dès ta première sélection chez les Diables, tu as semblé très à l'aise, c'est même toi qui étais à la base des selfies.

Ça m'a rappelé mon arrivée à Marseille. J'étais impressionné de me retrouver avec des joueurs que j'avais l'habitude de choisir à la PlayStation. Et en fait, tu remarques que les grands joueurs, ce sont tous des gens simples. J'ai la chance d'être quelqu'un qui entre facilement en contact. Et vu que chez les Diables, on aime les jeux de rôle, comme le loup-garou, ça aide à s'intégrer.

Tu n'es donc pas arrivé stressé?

Non, mais sur le terrain je me sentais nouveau. Tu sens que c'est un autre niveau que Marseille. Je dois avouer que lors de cette première sélection, j'étais plus en mode spectateur, même si je savais que je devais aussi prouver. Et ça s'est très bien passé.

Si tu devais choisir une qualité chez les autres attaquants en équipe nationale?

Le jeu de tête de Benteke. T'as des attaquants qui sont grands mais qui ne gagnent rien, lui il gagne tous les duels aériens. Il s'impose vraiment. Romelu est plus puissant, plus lourd que moi. Alors que Divock, lui, a davantage le même style de jeu.

Et ton petit frère, il risque d'être encore plus fort que toi?

Oui, je pense, même si j'ai pas trop envie de lui mettre la pression. En tout cas, on est différents. Lui est déjà très malin, très mature alors que moi je suis fou dans mon jeu.

Par Thomas Bricmont, à Marseille

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Michy Batshuayi dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires