Tour de France : Voeckler hué aux Pays-Bas

06/07/15 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

Source: France Télévisions

Conspué par le public batave pour un conflit datant de 2011, le leader de l'équipe Europcar ne gardera pas un souvenir impérissable de ces deux jours passés aux Pays-Bas. Déjà critiqué au sein du peloton, le coureur français au caractère bien trempé a pu mesurer son impopularité lors du contre-la-montre d'Ultrecht ce samedi, mais également en terre zélandaise hier.

Tour de France : Voeckler hué aux Pays-Bas

Thomas Voeckler (Europcar) espérait un autre accueil de la part des Néerlandais © BELGA

Entre Thomas Voeckler et les Pays-Bas, on est bien loin de l'histoire d'amour. Les faits remontent au 10 juillet 2011. Lors d'une étape du Tour de France, deux cyclistes échappés s'étaient fait renverser par une voiture suiveuse de France Télévisions. L'Espagnol Juan-Antonio Flecha (Rabobank) et le Néerlandais Johnny Hoogerland (Vacansoleil) avaient été très sévèrement blessés lors de cet accident. Les plaies impressionnantes du coureur batave restent d'ailleurs gravées dans les mémoires. Thomas Voeckler (Europcar), lui aussi présent dans le groupe de tête, s'en sort indemne. Ce dernier rafle le maillot jaune à l'issue de l'étape en ne ralentissant pas malgré la chute de ses compagnons du jour. Le public néerlandais n'a jamais digéré cette épisode et avait déjà hué l'Alsacien lors d'une étape à l'Alpe d'Huez, surnommée la montagne des Hollandais.

Les plaies impressionnates de Johnny Hoogerland

Les plaies impressionnates de Johnny Hoogerland © Reuters

"Qu'ils restent chez eux"

Visiblement très remonté après l'étape de samedi, le coureur préféré du public français s'est exprimé au micro de France Télévision: "Je sais que le Hollandais aime le vélo et qu'il ne m'aime pas depuis que Hoogerland est tombé en direction de St-Flour. Je n'ai pas d'excuse à présenter. Si j'avais pu faire en sorte qu'il ne tombe pas, j'aurais été le premier à le faire. D'ailleurs on a gardé de très bons rapports. Malheureusement, le public n'a pas l'air de suivre." Thomas Voeckler n'était pas loin de craquer. "J'ai essayé de ne pas perdre mon sang froid mais il y avait de quoi, a-t-il concédé. Vous vous faites mal aux pattes et vous vous faites huer... S'ils ne sont pas là pour encourager tous les coureurs, le plus beau spectacle gratuit du monde, qu'ils restent chez eux."

Ces deux étapes dans le pays du vélo ont été marquées par un incroyable succès populaire. Aujourd'hui place à la Belgique, terre un peu moins hostile pour le puncheur-baroudeur de la formation Europcar.

Gillian Hermand

En savoir plus sur:

Nos partenaires