Quick-Step et la razzia du 'Wolfpack'

11/04/18 à 11:48 - Mise à jour à 11:47

Trois mois de compétition et déjà 25 victoires au compteur ! Quick-Step Floors impressionne en ce début de saison et le Wolfpack ne semble pas y être étranger.

Quick-Step et la razzia du 'Wolfpack'

© Belga

Fin 2011, la formation HTC-Highroad met la clé sous la porte. Directeur sportif au sein de l'ancêtre de T-Mobile depuis huit ans, Brian Holm se retrouve sans contrat. Mais le Danois rebondit rapidement. Quick-Step Floors -alors appelé Omega Pharma-Quick Step- lui ouvre ses portes. Son arrivée coïncide avec la naissance du Wolfpack. "C'était une blague lorsque j'ai commencé à utiliser ça dans des mails. À Copenhague, où j'ai grandi, il y avait un gang qui se faisait appeler le Wolfpack et c'étaient des personnes assez dangereuses", expliquait récemment Brian Holm à Velo News. Depuis 2012 donc, les membres de Quick-Step se revendiquent du Wolfpack. Traduction : la meute de loups. Si ce surnom ne date pas d'hier, il n'est médiatisé que depuis peu. Il faut dire que les loups de la formation belge sont affamés cette année.

Après moins de quatre mois de courses, la formation de Patrick Lefevere compte déjà 25 succès au compteur. Et parmi ceux-là, on recense plusieurs courses de prestige lors des classiques flandriennes. Niki Terpstra s'est offert le GP Harelbeke avant de récidiver sur le Tour des Flandres, une semaine plus tard. Entre temps, Yves Lampaert levait les bras lors d'A Travers la Flandre. À titre de comparaison, la Team Sky avec 15 bouquets glanés pointe au deuxième rang. Les chiffres ne s'arrêtent pas là et ils sont plutôt affolants ! Parmi ces 25 victoires, dix ont été conquises en WorldTour, le gratin du cyclisme mondial. Quick-Step peut également se targuer d'être monté sur le podium à 45 reprises depuis le début de la saison. Actuellement, personne ne fait mieux ! Enfin, au sein de l'effectif belge, parmi les 28 coureurs, onze éléments ont déjà décroché une victoire en 2018.

Durant ces classiques flandriennes , Quick-Step a réalisé quelques tours de force. L'unité de l'équipe a permis d'écraser la concurrence à plusieurs reprises comme ce fût notamment le cas sur le GP E3 Harelbeke. "Les coureurs sont tellement expérimentés et tellement motivés par ce slogan qu'à mon avis les autres équipes sont un peu jalouses en voyant cette unité de l'équipe", glissait dernièrement Patrick Lefevere à la RTBF. Cette motivation ne se ressent pas uniquement sur les classiques puisque la formation belge performe également sur d'autres terrains. Lors du récent Tour du Pays basque, les protégés de Lefevere se sont imposés trois fois en six jours (Enric Mas et Julian Alaphilippe à deux reprises). Deux semaines auparavant, Alvaro Hodeg et Maximilian Schachmann levaient les bras sur une autre épreuve de renom : le Tour de Catalogne. Ce début de saison canon est logiquement récompensé dans les différents classements instaurés par l'Union Cycliste Internationale. Quick-Step domine largement l'UCI World Tour par équipes, comptant plus de 2.000 points d'avance sur son premier poursuivant, Bora-Hansgrohe.

Il faut dire qu'au classement individuel, les loups affamés jouent également les premiers rôles. Si bien que sept éléments figurent dans le top 35 mondial : Niki Terpstra (2e), Philippe Gilbert (8e), Elia Viviani (10e), Zdenek Stybar (17e), Yves Lampaert (29e), Dries Devenyns (32e), Julian Alaphilippe (35e). Ici encore, aucune autre formation ne fait mieux ! L'équipe belge semble également avoir un bel avenir comme en témoigne l'insolente réussite de ses jeunes coureurs en ce début de saison : Maximilian Schachmann (24 ans, 1 victoire), Fernando Gaviria (23 ans, 4 victoires), Rémi Cavagna (22 ans, 1 victoire), Enric Mas (23 ans, 1 victoire), Alvaro Hodeg (21 ans, 2 victoires), Fabio Jakobsen (21 ans, 2 victoires). Reste à savoir si Quick-Step pourra continuer sur cette lancée. Le chapitre consacré aux Flandriennes s'est définitivement fermé ce dimanche sur Paris-Roubaix. Le suivant s'ouvre ce mercredi avec la Flèche Brabançonne et le week-end prochain à l'occasion de l'Amstel Gold Race, où le trio Gilbert-Alaphilippe-Jungels sera de la partie. Et Quick-Step devrait encore y jouer les premiers rôles.

Sébastien Gobbi (stg.)

Nos partenaires