20 ans après, Casartelli reste dans les mémoires

16/07/15 à 15:22 - Mise à jour à 15:50

Aujourd'hui, le peloton empruntera les routes du Col de Portet-d'Aspet, là où vingt ans plus tôt, l'histoire du Tour de France a vécu l'un de ses plus tristes moments. Nous sommes le 18 juillet 1995, Fabio Casartelli décède après une chute en descente à plus de 80 Km/h.

20 ans après, Casartelli reste dans les mémoires

Hommage sur les routes du Tour de France 2005 © BELGAIMAGE

Andrea Peron n'a pas dormi. Les yeux rougis, il passe la ligne en premier aux côtés de ses coéquipiers de Motorola. La veille, son ami et compagnon de chambre, Fabio, est parti, définitivement. La caravane du Tour de France fait procession, l'agitation habituelle fait place au silence et au recueillement. Fabio Casartelli avait vingt-quatre ans et participait à sa deuxième Grande Boucle, la dernière de sa courte vie....

Médaillé d'or aux JO de Barcelone en 1992 - compétition amateur à l'époque - le cycliste italien devient professionnel dans la foulée. Auteur d'un parcours honorable mais sans grande victoire à son palmarès, il rejoint l'équipe Motorola, d'un certain... Lance Armstrong. Ce Tour là, c'était le bon, lui qui avait été contraint d'abandonner l'année précèdente. Ce Tour là, c'était aussi la dernière victoire de Miguel Indurain sur la Grande Boucle, mais ce n'était pas le plus important.

18 juillet 1995, nous y voilà. 15e étape du Tour de France entre Saint-Girons et Cauterets. Lancés à la poursuite de Richard Virenque, sept coureurs chutent dans la descente du col de Portet-Aspet. En file indienne, lancés à près de 80 Km/h, les coureurs sont à terre. Parmi eux, le Belge Johan Museeuw, qui repartira après une égratignure au genou, non sans avoir pris des nouvelles des autres hommes au sol. L'un d'eux était inerte, inconscient, c'était Casartelli. Il faisait chaud lors de cette étape maudite et le port du casque n'était pas encore obligatoire, Fabio a heurté sa tête dénudée sur un plot de béton qui bordait la route. Le médecin du Tour Gérard Porte assure que le port du casque n'aurait pas sauvé l'Italien. L'opinion est divisée, c'est suite à cette course que le casque deviendra obligatoire. Protection qui n'a pas réussi à sauver le Belge Wouter Weylandts lors d'une descente sur le Giro...

Les images de Casartelli au sol

Un hommage aujourd'hui

Comme à chaque fois lorsque le peloton emprunte le Portet-Aspet, une cérémonie hommage se déroulera devant la stèle réservée au champion olympique. Le fils d'un papa qu'il n'aura jamais véritablement connu, Marco Casartelli, sera présent aux côtés des dirigeants de la Grande Boucle. Le peloton, lui, sera partagé entre la lutte pour le maillot jaune et le souvenir d'un homme que la grande histoire du Tour de France n'oubliera jamais.

Gillian Hermand

En savoir plus sur:

Nos partenaires